fbpx

Au Japon, Steve Bannon vante la politique de Donald Trump pour contrer la montée en puissance de la Chine communiste

Etats Unis Chine Bannon Trump
 
Dans un discours prononcé au Japon lors d’une conférence organisée les 16 et 17 décembre par l’American Conservative Union (ACU), Steve Bannon, l’ancien conseiller spécial de Donald Trump revenu à la tête du site d’information Breitbart News, a déclaré que les Etats-Unis et ses alliés asiatiques devaient s’opposer ensemble à l’hégémonie croissante de la Chine. Pour Bannon, c’est dans les dix ou vingt prochaines années que seront prises les décisions cruciales et il est impératif de ne pas répéter les erreurs commises dans les années 1930 face à la montée de l’Allemagne nazie. Avec la présidence de Donald Trump, a encore affirmé Bannon, l’Amérique est en train de rompre avec le statut d’Etat tributaire acquis par les Etats-Unis vis-à-vis de la Chine, du fait d’un déficit commercial annuel de près de 500 milliards de dollars : la Chine fabrique tous les produits industriels à forte valeur ajoutée en n’important des États-Unis que les matières premières. Cette situation, selon Steve Bannon, est due aux négligences des élites américaines et occidentales des dernières décennies. Les élites semblaient croire que la conversion de la Chine à l’économie de marché allait entraîner la libéralisation de son système politique, ce qui n’a pas été le cas. L’ouverture des marchés occidentaux n’a fait que renforcer le mercantilisme chinois et la planification centralisée au service du régime communisme.
 

Steve Bannon compte sur Donald Trump pour que les Etats-Unis cessent d’être un Etat tributaire de la Chine

 
Le problème aujourd’hui, selon Steve Bannon, c’est que la Chine ne respecte pas les règles du libre-marché et qu’elle impose ses propres règles, se transformant non pas en partenaire stratégique mais en concurrent stratégique des Etats-Unis. En contrant les ambitions chinoises, la superpuissance américaine doit toutefois éviter de tomber dans le « piège de Thucydide », concept désignant le risque de guerre entre une puissance montante et une puissance en déclin. Citant le discours du président chinois Xi Jinping au 19e Congrès du Parti communiste chinois, Steve Bannon a désigné les cinq piliers du projet de domination mondiale de la Chine : le contrôle d’industries comme la fabrication des puces électroniques, l’intelligence artificielle et la robotique, le projet de Nouvelle route de la soie, la concurrence du yuan avec le dollar comme monnaie de réserve internationale et la maîtrise des techniques financières pour isoler les compagnies et banques occidentales des marchés de capitaux et flux monétaires mondiaux.
 

Le déclin des Etats-Unis et du Japon n’est pas inéluctable grâce à la résurgence des conservateurs dans les deux pays

 
Néanmoins, a précisé Bannon, le déclin des Etats-Unis et du Japon face à la Chine n’est pas une fatalité. Il peut être mis fin à l’inertie occidentale et cela peut se faire grâce à une résurgence des valeurs conservatrices et la réaffirmation des identités nationales. Sur le plan géopolitique, les Etats-Unis doivent favoriser les accords bilatéraux aux traités multilatéraux. « L’Amérique d’abord », a expliqué le directeur général de Breitbart News, ce n’est pas une Amérique isolationniste, mais une Amérique engagée dans le monde avec des partenariats conclus également à ses conditions plutôt que dans le cadre d’organisations internationales mondialistes sans visage dirigées depuis Davos, Bruxelles ou Genève.
 

Olivier Bault