« Eurislam » : le rapport de l’UE sur les discriminations contre les musulmans et la lettre dhimmi du commissaire Timmermans

Eurislam Timmermans UE discriminations musulmans

Frans Timmermans


 

L’agence de l’Union européenne pour les droits fondamentaux a publié en septembre une enquête sur la minorité musulmane et les discriminations dont cette minorité souffrirait en Europe. Comme on pouvait s’y attendre avec une étude réalisée depuis Bruxelles, ce rapport nous apprend que les musulmans cherchent bien à s’intégrer aux sociétés dans lesquelles ils vivent, mais qu’il y a encore beaucoup de travail à faire sur les autochtones pour mettre fin aux discriminations à l’encontre des disciples de Mahomet. Plus encore que ce rapport, c’est le message 100 % dhimmi adressé par le premier-vice président de la Commission européenne Frans Timmermans, chargé de l’Amélioration de la législation, des Relations inter-institutionnelles, de l’état de droit et de la Charte des droits fondamentaux, qui a de quoi faire rire ou pleurer, mais qui s’inscrit totalement dans le projet Eurislam de l’Union européenne.
 

Timmermans assure les musulmans que l’UE est leur amie face aux discriminations dont ils font l’objet dans les États membres

 
Publié sur son compte Twitter le 21 septembre à l’occasion de la « Journée d’action européenne contre le discours de haine à l’encontre des musulmans » (sic) et du nouvel an des musulmans « commémorant l’émigration du prophète de la Mecque à Médine – l’hégire – qui marque la naissance de l’islam en tant que communauté unie dans la foi » (re-sic), ce message souligne d’emblée que « la communauté musulmane, dans toute sa diversité, occupe une place importante dans le paysage européen ». Puis de continuer sur le fait qu’il faut renforcer le dialogue pour que les musulmans soient parties prenantes de la société européenne (au singulier dans le texte), et de les assurer que la Commission européenne est pour eux « un ami fidèle qui les aidera à pratiquer leur foi et leurs traditions en paix dans nos sociétés démocratiques ». Le paragraphe difficilement évitable sur les attentats terroristes des « dernières décennies » souligne que ces attentats visaient la société européenne dans son ensemble et qu’ils n’ont pas épargné « nos citoyens musulmans » (re-re-sic).
 
« Certaines attaques cherchaient à diviser encore plus notre société en visant spécifiquement nos citoyens juifs et la diversité qui est la force de l’Europe. » Et les chrétiens dans tout ça ? Pas un mot. L’égorgement du père Hamel et les projets d’attentats contre des églises ? Passés à la trappe. De fait, le mot « chrétien » n’apparaît pas dans la lettre de Timmermans, à croire qu’il n’y a que deux religions en Europe : la religion musulmane et la religion juive, et que les discriminations ne visent que les adeptes de la première (les attentats contre les juifs ne visant en fait qu’à diviser « notre » société).
 
Ce qui ressort du rapport de l’agence des droits fondamentaux de l’UE et qui est confirmé par le vice-président de la Commission européenne, c’est qu’il faut encore travailler sur les habitants non musulmans de l’Union européenne pour les aider à s’adapter à la présence musulmane toujours plus nombreuse, et que c’est ainsi qu’on mettra fin non seulement aux discriminations mais aussi au terrorisme islamique.
 

Projet Eurislam : une intégration à double sens pour créer un vaste melting-pot européen dont l’islam sera une composante essentielle

 
Ce projet de soumission dhimmi face aux nouveaux arrivants et à leurs descendants, mais aussi en réponse aux coups portés en Europe par les djihadistes, s’inscrit en fait dans la logique du projet Eurislam de l’Union européenne. Ce projet est décrit par ses auteurs comme visant à créer une société européenne multiculturelle sans frontières dans laquelle la population autochtone aurait à s’adapter elle aussi aux valeurs et traditions des nouveaux arrivants. Ceci avec le soutien du Parlement européen qui, dans sa résolution du 12 avril 2016 « Apprendre l’Union européenne à l’école », affirme à l’intention des Etats membres que « les enseignements et le matériel scolaires devraient inclure des informations sur la diversité au niveau de la religion ou des convictions, de l’origine ethnique, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre » et qu’« une sensibilisation accrue aux avantages des politiques européennes, comme la libre circulation des personnes et des services dans l’Union et les programmes de mobilité de l’Union, peut contribuer à un sentiment d’appartenance à l’Union européenne, à un esprit de solidarité et à une acceptation des sociétés multiculturelles et multi-ethniques ».
 
Tel est encore le but poursuivi par l’exposition « L’islam, c’est aussi notre histoire » ouverte en septembre au Musée de l’Europe à Bruxelles, après un report de plusieurs mois pour cause de terrorisme islamique. « Nous voulons expliquer aux Européens que l’islam fait partie de la civilisation européenne, que ce n’est pas une importation récente mais qu’elle a des origines qui remontent 13 siècles auparavant », a confié à Associated Press (AP) Isabelle Benoit, l’historienne qui a conçu l’exposition.
 
La nouveauté de ce début du XXIe siècle par rapport aux siècles passés, ce ne serait finalement que cette volonté des « élites » européennes de se servir de l’immigration musulmane et de l’islam comme diluant des identités nationales et instrument de lutte contre les valeurs chrétiennes.
 

Olivier Bault