fbpx

Euthanasie en Espagne : Andrea Lago, douze ans, gravement malade, est morte privée d’alimentation à la demande de ses parents

euthanasie Espagne Andrea Lago morte privée alimentation demande parents
 
Andrea Lago – la petite « Vincent Lambert » espagnole – est morte il y a quatre jours après avoir été privée de nourriture et d’hydratation, à la demande de ses parents qui voulaient mettre un terme à ses souffrances. Andrea Lago Ordoñez, douze ans, souffrait depuis sa naissance d’une maladie dégénérative grave et son cas s’était particulièrement aggravé ces dernières semaines, pendant lesquelles elle avait été hospitalisée à Santiago. En raison de la dégradation de son état de santé, Andrea avait subi une gastrostomie, et elle était nourrie directement par sonde gastrique.
 
Ce sont les parents de cette fillette de douze ans avait ont réclamé une « mort digne » pour leur fille, à savoir une mort de soif et de faim associée à la sédation profonde. Il a été décidé de lui assurer « hydratation minimale » compatible avec l’efficacité de sédation.
 
Leur demande avait été rejetée dans un premier temps par l’hôpital qui affirmait que Andrea ne souffrait pas physiquement et que la requête des parents était donc irrecevable. Lundi dernier, l’hôpital a brusquement changé d’avis, affirmant qu’il n’avait peut-être pas accordé assez d’attention à la souffrance décrite par les parents de la petite patiente.
 

Andrea Lago est morte quatre jours après l’arrêt de son alimentation sur demande des parents

 
Les multiples pétitions et offres d’aide n’y ont rien fait : l’hôpital a finalement arrêté l’alimentation que l’enfant recevait par sonde lundi dernier : elle est morte en quatre jours par l’effet de la déshydratation et de la sédation.
 
La loi actuelle de la Galicie permet à « toute personne qui souffre d’une maladie irréversible et incurable, et qui se trouve en phase terminale, le droit de refuser toute procédure chirurgicale, ce qui comprend l’hydratation, la nutrition ou la respiration artificielle ». Pour les mineurs, la décision est prise par les parents.
 
Les militants provie espagnols cherchaient depuis des mois à sauver cette petite fille : « Elle respire bien et ses organes fonctionnent. Elle est simplement nourrie directement par l’estomac comme des milliers de patients en Espagne », écrivait récemment InfoVaticana sur une pétition lancée en ligne.
 

L’euthanasie lente a fait une victime de douze ans en Espagne par sédation profonde et privation des aliments

 
« Ils ne vont pas la “laisser mourir”. Ce qu’ils vont faire, c’est la faire mourir de faim et de soif », précise également le texte de la pétition largement soutenue.
 
Le porte-parole de la conférence des évêques d’Espagne, monseigneur Gil Tamayo, a quant à lui rappelé l’opposition de l’Eglise à l’euthanasie et affirmé que « la compassion ne peut mener à la mort ». Il a également rappelé que « la nutrition et l’hydratation, même artificielles, sont généralement des aspects d’un soin normal dû aux patients dans cet état, tout comme d’autres soins nécessaires que sont la fourniture de chaleur et l’hygiène ».
 
Nourrir et hydrater un patient ne devrait pas être considéré comme une mesure « extraordinaire et disproportionnée » lorsqu’elle est nécessaire à la survie de ce patient.
 
Les opposants à l’euthanasie ont regretté la mort de cette petite fille, et craignent désormais que son cas ne crée un précédent pour légaliser l’euthanasie en Espagne.
 

Béatrice Romée