fbpx

DOCUMENTAIRE Kedi, des chats et des hommes ♥♥


 
Kedi, des chats et des hommes est un très sympathique film-documentaire turc consacré aux chats d’Istanbul. Kedi signifie chat en turc ; Il présente les chats et leurs amis humains. Ce film ravit évidemment les amis des chats, dont nous sommes. Il est bien construit, varie les points de vue, les quartiers, les personnages. Il est aussi relativement court, car le sujet ne se prête pas un film long, du moins si l’on veut maintenir l’intérêt des spectateurs. A hauteur de chat et d’homme, Kedi, des chats et des hommes se livre à une promenade dans le vieil Istanbul, ensemble de constructions très variées, pittoresques, où s’accumulent de manière visible les siècles, de l’Antiquité gréco-romaine à l’époque ottomane.
 
Ce vieil Istanbul a été, pour l’instant, relativement préservé des élans modernisateurs d’Erdogan, président turc et ancien maire d’Istanbul, qui tient absolument à faire de sa ville une métropole moderne, s’appuyant sur le pire des techniques architecturales modernes occidentales. La différence avec le modèle est que sont ajoutées à intervalles réguliers des mosquées géantes de béton. Il y a certes de vrais problèmes d’hygiène dans les vieux quartiers. Mais est-il avancé à juste titre dans Kedi, des chats et des hommes, les chats constituent le meilleur remède contre les rats, donc aussi les maladies qu’ils transmettent. Les chats des rues d’Istanbul, au contact permanent des riverains, sont effectivement menacés par les règlements municipaux nouveaux des disciples d’Erdogan. Ne s’agit-il bien que des chats et de vieilles pierres, ou y a-t-il une critique politique plus large implicite ? C’est difficile à dire.
 

Kedi, des chats et des hommes, un film infiniment sympathique

 
Il n’en reste pas moins qu’il est intéressant de rencontrer les chats, de toutes races, dans un port autrefois fréquenté par des bateaux venus du monde entier. On trouve donc même des descendants de chats norvégiens débarqués vers 1850 ! Les amis des chats tiennent des propos bienveillants universels sur leurs compagnons, avec aussi parfois des spécificités culturelles intéressantes : le musulman pieux déclare que les chats adorent Allah puisqu’ils ne prennent manifestement pas l’homme pour un dieu contrairement aux chiens ; la dame hippie turque, espèce rare et en voie de disparition, sent les ondes positives des chats, comme des extraterrestres. Le musulman et la hippie se rejoignent curieusement en assurant que les chats protègent la ville des tremblements de terre, que ce soit par leur « piété » ou leurs « ondes »…Le plus émouvant des intervenants s’avère être un ancien grand dépressif qui a été guéri par son amour des chats ; les aider a donné un sens à sa vie !
 
S’adressant avant tout aux amis des chats, mais aussi aux curieux d’Istanbul et de culture populaire turque, Kedi, des chats et des hommes est un film infiniment sympathique.
 

Hector JOVIEN

 
Kedi chats hommes Documentaire Film