fbpx

« Le nouveau pays » : une campagne vidéo en Suède pour l’intégration de tous, Suédois de souche y compris

 

 
Il faut le voir pour le croire. Ce n’est qu’en visionnant la vidéo d’une campagne récemment lancée par une association suédoise, « Det Nya Landet », « Le nouveau pays », que l’on comprend que son message d’intégration adressé à tous, Suédois de souche comme migrants de tous pays, n’est pas un pastiche et encore moins une mise en garde ironique émanant de quelque parti nationaliste. « Il est temps de se rendre compte que les nouveaux Suédois vont exiger leur place… Il n’y aura pas de retour en arrière. La Suède ne sera plus jamais comme avant » : à première vue, c’est plutôt inquiétant. Mais non ! La Suède doit se mobiliser pour « l’inclusion » !
 
La nouveauté, c’est la manière directe dont les choses sont dites.
 
La campagne « Le nouveau pays », qui comprend un clip vidéo et un site internet a été créée par une association, Individuell Människohjälp (IM, « Secours individuel ») qui a un statut officiel au sein du Conseil suédois de la levée de fonds, une association à but non lucratif qui supervise et assiste les organismes caritatifs pour assurer l’efficacité de leurs collectes, sous la houlette des associations professionnelles et des syndicats officiellement reconnus par le gouvernement. Selon le journal suédois Fria Tider IM reçoit des subventions publiques.
 

En Suède, le « nouveau pays » est celui qui accueillera l’islam

 
L’idée de la campagne est de faire comprendre aux Suédois qu’ils ne doivent pas rêver d’une assimilation des migrants, mais accepter une future « intégration » qui laissera à chaque mode de vie, à chaque langue, à chaque culture, à chaque religion, la place qu’il lui faut pour s’épanouir dans un nouveau modèle social où les Suédois « établis » vivront dans l’harmonie avec les « nouveaux Suédois », en considérant leur apport comme une richesse. D’ailleurs, les clips s’achèvent sur l’image d’une femme voilée, avec en sur-incrustation les mots « le nouveau pays ». 
 
Il n’y a pas la moindre ambiguïté dans cette vidéo qui fait se succéder des images de Suédois de souche et de personnes visiblement originaires du Proche-Orient, d’Afrique Noire et d’ailleurs. « Ce ne sont pas seulement les nouveaux Suédois qui ont besoin de s’intégrer, chacun doit s’intégrer, même les Suédois établis », entend-on dès la 37e seconde du petit film qui en fait 74.
 
La Suède, insistent des voix diverses en suédois, doit devenir un « lieu sûr » pour tous les migrants et demandeurs d’asile. Et pour que les choses soient encore plus claires, la vidéo précise : « L’intégration ne signifie pas qu’une partie doit s’adapter à l’autre, ou que tous doivent penser, faire et ressentir la même chose. L’intégration, c’est la rencontre, et les vraies rencontres se fondent sur la réciprocité. »
 

L’intégration des Suédois de souche dans le nouveau modèle social

 
La mise en ligne de la vidéo a provoqué des commentaires très négatifs qui ont amené IM à publier une « clarification » sur Twitter : il n’est pas question de demander aux Suédois de renoncer à leur « vieille » culture, mais de promouvoir « l’intégration mutuelle » qui « signifie que les deux iront ensemble vers quelque chose de plus grand ».
 
Dans un pays qui a accepté plus de réfugiés, proportionnellement à sa population, que n’importe quel autre pays européen, le message passe mal cependant, à l’heure où le gouvernement de gauche est contesté en raison de sa généreuse politique d’asile. Un récent sondage a montré que le pourcentage de Suédois favorable à une limitation du nombre des réfugiés a quasiment doublé en un an : 60 % d’entre eux sont aujourd’hui favorables à ce qu’on réduise fortement l’immigration, contre 13 % qui accepteraient de voir arriver de nouveaux demandeurs d’asile. Ils étaient 31 % en 2015.
 

La campagne vidéo suédoise pour l’intégration à l’envers

 
C’est un état d’esprit évidemment inacceptable du point de vue des partisans de l’accueil à tout crin, qui se révèle de plus en plus comme les partisans du melting-pot culturel et religieux, quoi qu’ils en disent.
 
« Nous portons tous le nouveaux pays à l’intérieur de nous-mêmes, dans notre vision du monde, nos pensées et nos actions. Il est temps de créer ensemble un pays qui soit fier, inclusif et durable », conclut la vidéo. C’est bien un changement mental qui est visé, une modification profonde de chacun, et qui avance grâce aux réactions obtenues par la répétition de mots-clefs imposés depuis l’enfance par l’éducation et les médias…
 
Encore que. S’achevant sur cette image d’une jeune fille portant hidjab, on comprend que l’islam, lui, peut être lui-même en Suède.
 
Est-ce le vrai but de l’opération ?
 

Anne Dolhein