fbpx

Etats-Unis : une journaliste affirme que les satanistes peuvent « sauver la liberté religieuse »

satanistes journaliste liberte religieuse Etats-Unis
 
Après avoir assisté à un rituel du « Temple satanique », une journaliste du Daily Beast, Nancy Kaffer, affirme sans complexe dans son journal que le culte satanique pourrait finalement être le meilleur espoir des Etats-Unis pour « préserver la liberté religieuse ». Face aux catholiques, bien sûr…
 
Loin d’être une (très mauvaise) blague, l’article explique point par point comment les adeptes du satanisme s’y prennent pour contrer les positions « catholiques extrémistes » qui prévalent encore en quelques endroits de la société américaine.
 

Les satanistes aux Etats-Unis

 
Elle salue notamment la décision d’installer une statue de Baphomet à côté du monument des Dix Commandements érigé devant le Capitole de l’Oklahoma, celle de distribuer un cahier de coloriage satanique dans les écoles primaires de Floride, ou la récente décision d’installer une statue de la « snaketivity scene » à côté d’une crèche dans l’espace public : avec serpent, pentagramme et autres symboles non ambigus.
 

Pendant le rituel sataniste, un homme déguisé en prêtre et tenu en laisse

 
La journaliste prend fait et cause pour ces satanistes modernes qui ne pratiquent pas de sacrifices d’animaux. Pour eux, explique-t-elle, Satan n’est pas une divinité, c’est une figure littéraire, garant de la rationalité et du scepticisme.
 
Et donc ces satanistes pourraient sauver la liberté religieuse aux Etats-Unis parce qu’ils offrent une alternative aux affreux chrétiens, et remettent en cause la présence chrétienne à travers certains symboles ou traditions, ce que, précise encore Nancy Kaffer, ne font pas les autres religions.
 
Rien à voir donc avec les satanistes qui font peur : pourtant les participants sont nus sous des capes, entourés de croix renversées, ils miment une cène pendant laquelle la responsable verse du vin dans la bouche d’hommes nus, le tout en tenant en laisse un homme déguisé en… prêtre.
 
Ailleurs dans les alcôves, des statues sexuelles, des orgies ou des œuvres pornographiques.
 

Les convictions satanistes pour sauver la liberté religieuse de l’oppression chrétienne

 
Mais la journaliste énumère les actions de ces satanistes et jubile : « Le Temple satanique tente consciemment de créer une identité religieuse alternative, qui aurait des croyances progressistes et des principes scientifiques » et précise probablement pour rassurer son lectorat : « Mais avec une vrai protection garantie pour ceux qui portent sincèrement leurs convictions religieuses »…
 
Un prêtre en laisse au milieu d’une orgie sexuelle… Quelle protection !
 
« Le Temple satanique peut-il sauver la liberté religieuse aux Etats-Unis ? Je ne suis pas sûre, mais au moins ils essaient », conclut la journaliste.