Pour le premier ministre slovaque, la politique migratoire de l’Union européenne est semblable à un « suicide rituel »

suicide rituel Premier ministre slovaque politique migratoire Union européenne

Le Premier ministre slovaque, Robert Fico.


 
L’Union européenne est en train de commettre un « suicide rituel » par le biais de sa politique en matière d’immigration, a affirmé mardi le premier ministre slovaque au quotidien tchèque (de gauche) Pravo. Robert Fico exhorte donc une nouvelle fois l’Union européenne à stopper rapidement l’afflux de « migrants illégaux » avant de prétendre discuter de son avenir.
 
« J’ai le sentiment que, dans l’Union européenne, nous sommes en train de commettre un suicide rituel, et que nous nous contentons de le regarder, affirme précisément le premier ministre slovaque… S’il faut attendre la fin de 2016 ou de 2017 pour que l’Europe mette en place la force de surveillance des frontières qu’elle a programmée, l’Union européenne se sera tuée elle-même. »
 

La politique migratoire de l’Union européenne est un « suicide rituel »

 
Et Robert Fico de poursuivre : « Nous mijotons dans notre jus, nous attelant à des quotas qui n’ont aucun sens, (…) et pendant ce temps-là des milliers de migrants arrivent en Europe tous les jours. Ce système est un fiasco complet… Si on veut, sur la base de quotas temporaires ou permanents, nous forcer à importer 50.000 personnes qui ont des mœurs et des religions complètement différentes – et ce sont principalement des hommes jeunes – je ne peux pas imaginer comment nous pourrions les intégrer. C’est impossible. Ils se retrouveraient dans un espace qui a sa propre vie et ses propres règles, et c’est pourquoi je dis que cette idée et mauvaise et irréalisable. »
 
Le propos a le mérite de la clarté. Le premier ministre slovaque ajoute par ailleurs que son pays dispose de trois cents policiers prêts à aller patrouiller à tout moment sur les frontières extérieures de la zone Schengen.
 

L’opposition ferme du premier ministre slovaque

 
Comme la Hongrie, la Slovaquie, pays de 5,4 millions d’habitants, a déposé une plainte devant la Cour européenne de Justice contre le système de quotas de migrants. Le quota actuellement prévu pour la Slovaquie est de quelque 2.300 personnes.
 
De son côté, le premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka, a rappelé que son pays organisera un sommet extraordinaire du groupe de Visegrad le 15 février sur cette question.
 
L’idéologie européenne est manifestement en train de diviser, et même de morceler l’Europe – ce qui est une autre forme de suicide.
 

François le Luc