fbpx

Alex Newman explique les raisons de la migration de masse


 
Voici la retranscription d’un entretien avec Alex Newman publié par The New American sur le thème de la migration de masse souhaitée par le « Nouvel Ordre Mondial » dans les pays occidentaux. La vidéo renvoie vers une publication certainement passionnante sur l’« Etat profond».– J.S.
 

Un entretien avec Alex Newman sur les raisons de la migration de masse
 
Bill Jasper, TNA : Avec l’ONU, Peter Sutherland et George Soros ont été déterminants pour déclencher la crise des migrants en Europe en 2015. Comment ce processus s’articule-t-il avec le Nouvel Ordre Mondial et le rôle joué par l’Union européenne ?
 
Alex Newman :

Il est intéressant que vous ayez mentionné le nom de Peter Sutherland : je vois que vous avez le communiqué de presse diffusé par les Nations unies après l’entretien mené avec lui alors qu’il était représentant spécial de l’ONU pour les migrations. Il a déclaré lors de cet entretien que les frontières sont un obstacle, qu’il faut se débarrasser des « vaches sacrées » de la souveraineté nationale et que nous devons nous rendre compte que les Etats-nations qui se cachent derrière des murs sont derrière nous. Il nous faut avancer vers le Meilleur des mondes (ce n’est pas le terme qu’il avait employé) – en substance, une seule humanité gouvernée par une seule entité. Je pense que nous avons eu affaire là à la meilleure synthèse présentant le véritable plan en cours.
 
Avant tout, il faut savoir qu’ils mentent. Je crois qu’il est important de l’établir. D’abord, ils ont essayé l’angle humanitaire, affirmant avoir un vrai souci de tous ces gens qu’il fallait faire entrer en Europe et aux Etats-Unis par le biais de l’ONU. C’est si visiblement frauduleux que cet argument n’est plus employé. Trump a fait remarquer lors de son discours à l’assemblée générale de l’ONU que nous pouvons supporter un nombre bien plus considérable de vrais réfugiés, dès lors qu’ils sont proches de nous. Une étude d’un chercheur suédois aboutit à cette estimation : on peut supporter de 25 à 50 fois plus de réfugiés en Jordanie, en Turquie, au Liban qu’on ne peut en établir en Suède, en Allemagne ou aux Etats-Unis. Si leurs préoccupations étaient véritablement d’ordre humanitaire pourquoi n’aider qu’un 50e de ces gens en les amenant aux Etats-Unis, en Suède, en Allemagne ou en France ou n’importe quel autre pays ? C’est absurde, et ce n’est pas humanitaire du tout. Dans le même temps, on fait du tort à leurs pays d’origine. On en sort des gens prudents qui pourraient y retourner pour y monter de nouvelles affaires, pour les expédier vers un nouveau pays. Cela n’a rien d’humanitaire.
 
 Ce n’est pas davantage humanitaire que de faire exploser leur pays au départ. A regarder les pays qui produisent ces réfugiés, tous sans exception – dès lors qu’il s’agit de réfugiés véritables – sont des pays détruits par les mondialistes. La Libye n’était certes pas un paradis sous Kadhafi, mais c’était un pays stable et les gens y vivaient leur vie, ils y avaient leur foyer, ils n’étaient pas tirés comme des lapins ni vendus comme esclaves. Même chose en Syrie : les chrétiens pouvaient librement y rendre leur culte à Dieu, ouvertement et paisiblement. Ils constituaient une minorité de 10 %. Le pays est aujourd’hui en ruines et les gens se font massacrer. Même chose en Irak…
 

La migration masse ne se justifie ni par l’humanitarisme ni par l’économie
 
TNA : Ce que vous dites à propos des chrétiens mérite d’être souligné. Les personnes les plus en danger, ceux qui méritent le plus le statut de réfugiés sont les chrétiens qui restent dans ces pays. Ce sont eux qui ont subi des discriminations de la part de l’ONU et de l’Union européenne. On ne les a acceptés qu’à toutes petites proportions et ils sont régulièrement massacrés.

 
A.N. : En effet, lorsqu’ils font leur entrée dans les soi-disant camps de réfugiés de l’ONU, ils sont battus, persécutés, torturés, et souvent tués. Autant dire qu’ils évitent d’y entrer. C’est une tromperie complète que de dire qu’il est « humanitaire », ce processus constitué par les efforts mondialistes en vue d’importer des millions de personnes.
 
Leur deuxième idée a été de dire : nous en avons besoin car nous n’avons pas assez de monde pour faire le travail nécessaire. En Europe la population est trop vieille, il n’y a pas eu assez de bébés, les retraites vont s’effondrer. Mais voilà une nouvelle tromperie massive et gigantesque ! La quasi-totalité des études qui se sont intéressées à cette question constatent que ces nouveaux arrivants vont peser indéfiniment sur le contribuable à l’avenir. Il n’y a pas de moment où l’on peut se dire qu’après, disons, 20 ans, ils seront devenus contributeurs nets au Trésor public. Pour autant que nous puissions savoir, c’est en tout cas ce que je pense, il y aura indéfiniment un déficit net du trésor. Si vous vous faites des soucis à propos de votre future retraite, ou sur le point de savoir qui fera le travail que les Allemands, les Français ou les Américains refusent, c’est que vous avez été pris pour un pigeon. Il ne s’agit en aucun cas d’une bonne solution à ces problèmes. L’automatisation pourrait en régler certains, tout comme le fait d’avoir davantage d’enfants – mais il faudrait arrêter de faire du lavage de cerveau parmi les jeunes en leur expliquant qu’ils aggravent le réchauffement global, et tout ce qu’on leur raconte à l’école. C’est nous qui sommes trompés dans cette affaire.
 

Destruction de la civilisation chrétienne occidentale

 
A quoi correspond en réalité le plan ? Il n’est pas humanitaire et sur le plan économique il n’est pas défendable. Alors, pourquoi ? Je crois que la réponse est très claire. Je crois que Victor Orban, Premier ministre hongrois, l’a explicité de la manière la plus forte et la plus éloquente : le vrai plan est la destruction de la civilisation chrétienne occidentale et le sabotage de l’Etat-nation. Car ce qui se passe, dans une grande partie des plus grosses villes européennes, c’est que les autochtones deviennent minoritaires dans leur propre cité : Francfort, Londres, Malmö… la population autochtone y est déjà une minorité.
 
Alors, que va-t-il se produire ? Un beau jour, ces autochtones vont se réveiller et se demander ce que signifie d’être par exemple allemand. Personne parmi ces gens ne parle notre langue, nous n’avons pas la même religion, nous n’avons pas la même histoire, nous n’avons pas la même culture, ni les mêmes valeurs, ni les mêmes croyances, pourquoi avoir un pays qui s’appelle Allemagne ?
 

TNA : Au sein de l’UE, un grand nombre de personnes favorables à ce plan disent qu’il faut s’y résigner, et ne pas y avoir d’Allemand ou d’Anglais tels que nous les connaissons. La nouvelle norme, c’est la civilisation internationale multiculturelle.

 
A.N. : Et après, ils racontent qu’ils aiment la diversité ! Incroyable ! Ils éliminent l’authentique diversité et après ils nous disent qu’ils aiment la diversité !
 
Traduction
 

Anne Dolhein