fbpx

L’Allemagne ne doit plus déporter de migrants vers la Hongrie : « C’est beaucoup trop dangereux !»

Allemagne déporter migrants Hongrie trop dangereux
 
Avis aux pays européens qui veulent limiter l’arrivée de nouveaux migrants : l’expression d’une ligne dure à leur égard peut aussi servir d’assurance. Aux termes d’une décision prise par une cour administrative allemande, là Hongrie est devenue « trop dangereuse » pour y envoyer des réfugiés « déportés » : cela reviendrait à les exposer à des traitements « inhumains ».
 
La cour administrative d’Hanovre se prononçait sur le cas d’un demandeur d’asile du Kosovo qui devait être déporté vers là Hongrie d’où il venait, après que sa procédure de demande eut été rejetée par l’Allemagne, conformément aux accords de Dublin. Le migrant a soutenu devant la cour qu’il ne serait plus en sécurité en Hongrie. En obtenant une décision favorable à partir de cette argumentation, le réfugié vient de compliquer considérablement la donne en Allemagne.
 
Sa déportation était programmée depuis des mois par l’Office fédéral de la migration et des réfugiés (BAMF). Une première action devant la cour administrative avait donné raison au plaignant ; c’est l’appel interjeté par l’Office fédéral qui vient d’être rejeté par la cour de surveillance des décisions de première instance. Cette cour a affirmé que les centres de Hongrie présentent d’importantes déficiences quant au traitement des migrants qu’ils accueillent.
 

Une cour administrative interdit à l’Allemagne de déporter un migrant

 
L’accord de Dublin prévoit que les migrants doivent résider dans le premier pays européen où ils ont présenté une demande d’asile. L’année dernière, un grand nombre du gros million de migrants qui ont fini par atteindre l’Allemagne après avoir traversé l’Autriche se sont enregistrés une première fois en Hongrie. Ceux d’entre eux dont la demande d’asile est rejetée en Allemagne devraient logiquement y retourner, et ils peuvent être extrêmement nombreux. Mais leur déportation devient de plus en plus difficile.
 
Les arguments qui ont provoqué la décision au bénéfice de ce Kosovare ne sont pas une nouveauté. Au début de 2016, des migrants qui ont tenté de franchir la frontière fortifiée séparant la Hongrie de la Serbie accusaient les gardes-frontières hongrois de les avoir tabassés. Un militant pro-migrants, Rados Djurovic du Centre d’aide à l’asile de Belgrade, accusait carrément les gardes-frontières d’avoir cassé des membres des migrants avant de les remettre à la Serbie de l’autre côté de la frontière.
 

La Hongrie, un lieu trop dangereux pour les demandeurs d’asile

 
Dans le même temps, l’Union européenne accuse là Hongrie de maltraiter des migrants ainsi que les Roms, dont on parle moins aujourd’hui mais dont les mouvements au sein de l’UE ont fait couler beaucoup d’encre il y a quelques années – rappelez-vous l’affaire Leonarda… La Hongrie de Viktor Orban est actuellement menacée de poursuites par l’Union européenne à ces sujets.
 
Selon Breitbart, la Hongrie a toute raison de se féliciter de cette décision. Dans le même temps, elle accueille actuellement une immigration allemande nombreuse, selon la source conservatrice américaine : une population qui fuit l’insécurité croissante en Allemagne du fait de la crise des migrants.
 

Anne Dolhein