fbpx

Le député européen Aymeric Chauprade quitte le Front national

Aymeric Chauprade quitte Front national Député européen
 
Le député européen Aymeric Chauprade a annoncé lundi quitter le Front national. Les raisons qu’il évoque font état de tensions grandissantes avec Marine Le Pen et son entourage sur un certain nombre de sujets et de visées politiques. S’il quitte ainsi le groupe créé par la présidente du Font national au Parlement européen, Europe des Nations et des Libertés, Aymeric Chauprade conservera cependant son siège de député européen.
 
Aymeric Chauprade a reconnu avoir fait partie du commando ayant récemment exfiltré de Saint-Domingue deux pilotes français poursuivis pour trafic de drogue, dans l’affaire dite « Air Cocaïne ». Une action qui serait, semble-t-il, sinon la raison unique du départ du député européen, du moins la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, si l’on en croit un message de la présidente du Front national lundi. « Surtout après l’affaire Air Cocaïne, nos désaccords avec A. Chauprade étaient devenus trop importants et son maintien au FN impossible », a-t-elle écrit sur Twitter.
 
Dont acte.
 

Aymeric Chauprade quitte le Front national

 
Mais il va de soi qu’une action de ce genre, qui conserve sa part d’ombres, est bien pratique pour dissimuler, sous sa raison justificatrice et simpliste, d’autres causes, plus éloignées peut-être, mais aussi sans doute plus réalistes.
 
On ne voit guère en effet, à moins qu’une enquête vienne à en soulever des détails inconnus, ce que cette affaire, pour étrange qu’elle puisse apparaître, aurait pu provoquer de crispations au sein d’un parti politique, sinon à exprimer un certain esprit d’indépendance, voire d’aventure, de la part d’Aymeric Chauprade, ce qui n’est jamais bien perçu par ceux qui n’aiment à voir qu’une seule tête. En l’état, l’excuse est à peine recevable…
 
En janvier dernier, Aymeric Chauprade avait déjà été démis de ses fonctions de chef de file des vingt-trois eurodéputés du FN par Marine Le Pen. En cause, disait-on, une vidéo très discutée sur l’islam, dans laquelle il dénonçait l’existence d’une « cinquième colonne islamiste » en France. Pour la présidente du Front national, la théorie du choc des civilisations ferait courir des risques juridiques à sa formation. Certains élus frontistes ne semblaient pourtant pas y trouver à redire, à commencer par Marion Maréchal-Le Pen.
 

Le député européen conservera son siège

 
Autre cause invoquée par certains : la Russie, dont Aymeric Chauprade est un bon connaisseur, et un proche. Mais on n’a jamais vu que cela dérangeât en quoi que ce soit Marine Le Pen. Au contraire, semble-t-il…
 
Aymeric Chauprade évoque, lui, de « faux prétextes », pour écarter des « collaborateurs qui font simplement ombrage à Florian Philippot ».
 
Evidemment, si ce personnage a un caractère de diva, c’est ennuyeux compte-tenu de sa place au sein de ce parti.
 
Sans écarter, bien sûr, la possibilité qu’il y ait d’autres motifs non évoqués à cette brouille…
 
« Il est essentiel que les dirigeants de la France de demain aient une droiture, une capacité de respect de leur parole », ajoute, mordant, Aymeric Chauprade.
 
Evoquant ainsi Jean-Marie Le Pen, dont il précise qu’il ne cherche pas à se rallier à lui, il ajoute, exprimant tout haut ce qu’un grand nombre de militants disent tout bas – de moins en moins bas peut-être : « On ne peut écarter celui auquel on doit tout parce qu’il est devenu inutile. »
 
Et de préciser : « Le procès en opportunisme est impossible puisque je pars au moment où le FN est au zénith, alors que les opportunistes, sans conviction, arrivent en masse au Front national. »
 

Et après ?

 
Partir, c’est bien. Mais pour où ? Aymeric Chauprade affirme être dans une « logique de recomposition d’une grande droite crédible et assumée ». Avec des gens aussi divers que Philippe de Villiers, Marion Maréchal-Le Pen, Henri Guaino ou Nadine Morano…
 
Un projet manifestement louable, surtout en l’état actuel de la France, mais dont on peut dire que, malheureusement, il n’a jamais réussi. Il y faudrait sans doute un peu plus d’humilité, d’objectivité que ce que les politiques, en général, et même s’il existe des exceptions notables, sont capables d’y apporter.
 
En attendant, Aymeric Chauprade l’affirme : « Le Front national est devenu un étouffoir, on ne peut pas penser. »
 
Ce qui signifie clairement qu’il est devenu un parti politique comme les autres et que, malgré les cris d’orfraies d’un Valls, Marine Le Pen est parvenu à la dernière étape de sa dédiabolisation…
 

François le Luc