fbpx

Le crash du bitcoin pourrait venir du Japon où la justice ordonne à Mt Gox de rembourser pour 1 milliard de dollars de monnaie virtuelle

bitcoin crash Japon Mt Gox
 
La faillite en 2014 de la plateforme japonaise d’échange de bitcoins Mt Gox était déjà soupçonnée d’être derrière la chute du cours de la cryptomonnaie depuis le pic de décembre 2017, quand un bitcoin valait près de 20.000 dollars (contre moins de 6.500 $ aujourd’hui). L’administrateur judiciaire de Mt. Gox, une plateforme rachetée en 2011 par le Français Mark Karpelès aujourd’hui poursuivi par la justice japonaise, avait en effet reconnu en mars avoir vendu en six mois pour environ 400 millions de dollars de cette monnaie virtuelle.
 

La faillite de la plateforme d’échange Mt Gox au Japon après le vol de 850.000 bitcoins par des pirates informatiques

 
Or un tribunal de Tokyo a jugé que la procédure de faillite visant Mt Gox ne suffisait pas et a accepté en juin dernier de poursuivre une procédure en réparation civile, conformément à ce qui se pratique en droit japonais. Cette procédure va obliger l’ancienne plateforme d’échange de bitcoins à verser aux investisseurs lésés les 160.000 bitcoins encore en sa possession. Ainsi, au lieu d’être remboursés selon le cours de la monnaie virtuelle en 2014 (environ 600 $/bitcoin), les investisseurs percevront au total pour un milliard de dollars de bitcoins (selon le cours actuel) qu’ils pourront soit se faire payer par l’administrateur judiciaire de Mt Gox en monnaie réelle, soit en bitcoins qu’ils auront tout loisir de convertir eux-mêmes en monnaie réelle.
 
La faillite de Mt Gox en 2014 avait été provoquée par le piratage de 850.000 bitcoins attribué au Russe Alexandre Vinnik, arrêté en Grèce en 2017.
 

Le risque de crash sur le marché du bitcoin

 
Outre les 160.000 bitcoins de Mt Gox qui vont donc arriver bientôt sur le marché, on soupçonne un vieux portefeuille de bitcoins lié à la plateforme Silk Road, un site de ventes de marchandises légales et aussi illégales où il est possible de payer en cryptomonnaie, d’avoir subitement converti en monnaie réelle jusqu’à 100.000 bitcoins, ce qui expliquerait la chute de 12,5 % en 24 heures de la valeur du bitcoin la semaine dernière. Si par ailleurs les créanciers remboursés dans le cadre de la procédure judiciaire contre Mt Gox venaient à exiger massivement d’être payés par exemple en yens, l’administrateur judiciaire aura à vendre les bitcoins de Mt Gox et le manque d’acheteurs pourrait bien entraîner un crash de la monnaie virtuelle. Inversement, s’ils préfèrent être payés en bitcoins, au cours actuel, même après la chute impressionnante de la valeur de la cryptomonnaie depuis décembre, ils auront de quoi se réjouir du gain de la valeur prise par leur investissement depuis 2014.
 
Il n’est donc pas sûr que ces investisseurs se précipitent massivement pour vendre leurs bitcoins, mais la menace pesant sur la monnaie virtuelle est réelle, ce qui met une fois de plus en évidence sa nature de titre spéculatif plutôt que de véritable monnaie.
 

Olivier Bault