fbpx

COMEDIE DRAMATIQUE Caprice •


 
Caprice est un essai de comédie dramatique ambitieuse, qui se veut écrite, avec des références littéraires et cinématographiques. Et ce tout en conservant une intrigue de base de vaudeville : un homme hésite entre deux femmes, lesquelles peuvent avoir aussi des tentations ou consolations. Il y a comme deux films juxtaposés, qui se conjuguent mal : une énième comédie sentimentale assez manquée, et une tragédie sur l’amour et ses caprices qui, faute de réciprocité véritable, font assurément trop souvent souffrir. Deux actrices, l’une très connue, l’autre amatrice, rencontrent deux instituteurs parisiens, amateurs de théâtre… Il en ressort de multiples possibilités. Dans notre société, fait révélateur, et qui n’a rien d’improbable ou de loufoque, des gens censément sérieux comme les instituteurs peuvent mener une vie aussi peu ordonnée que des personnes du monde du spectacle – nous en sommes là.
 
Le film comprend d’emblée un clin d’œil appuyé à la vie de l’une des deux principales interprètes féminines, Virginie Efira, célèbre actrice belge, qui comme dans son rôle a été à l’affiche de grands théâtres parisiens. Cette fantaisie n’apporte – ni n’enlève – rien à l’intrigue. Le personnage de Caprice, un de ces nouveaux prénoms absurdes qui rend la fantaisie désormais crédible, est incarné avec conviction par Anaïs Demoustier. Elle réussit à émouvoir dans certains élans tragiques. Mentionnons un point positif : l’amoureux de Paris retrouvera certaines de ses promenades favorites. Les décors intérieurs de différents milieux parisiens sont bien rendus.
 

Caprice et les auteurs « avancés »

 
Pourquoi ne pas rendre également hommage au théâtre amateur, des auteurs aux acteurs, face à la difficulté de montrer des pièces ? Le problème, involontairement montré, réside dans le propos largement absurde des auteurs « avancés », qui tournent en rond depuis Ionesco, et dégagent au mieux un ennui sidéral. On se serait aisément passé de la seule réelle nouveauté, depuis les années 1950 : les propos conformistes sur la théorie du gender. Malgré la dimension néanmoins sympathique de la troupe d’amateurs, on est agacé par la bien-pensance dégoulinante.
 
Caprice souffre donc surtout de son écartèlement entre des scènes de comédie de boulevard, souvent irréalistes, trop vues, et une tentative de tragédie centrée sur le personnage-titre. Malgré un vrai suspens, l’alchimie ne prend pas. Mais les hésitations de l’instituteur reflètent au-delà de ce cas emblématique la difficulté à concevoir, de nos jours, un attachement sentimental, véritable et unique. Cet aspect bien vu constitue une véritable tragédie de notre société – qui pour le coup n’amuse pas du tout.
 

Hector Jovien