fbpx

RITV Vidéo
Climat : le désordre règne à Varsovie


 

Greenpeace, le WWF, OXFAM, et quelques autres ont claqué la porte de la Conférence de Varsovie sur le climat. Elle ne « débouche sur rien », selon ces ONG. Le Japon prévoit en effet d’augmenter l’émission de gaz à effet de serre, l’Australie et le Canada de ne pas la réduire. Est-ce la fin du consensus écologique ?
Il faut distinguer économie et idéologie. Le Japon veille à son indépendance énergétique : du moment que, sous la pression mondiale, il réduit sa production nucléaire, il consommera forcément plus d’énergie fossile. De même certaines puissances développées tiennent-elles compte de l’industrie du pétrole, qui pèse des milliers de milliards de dollars. De l’autre côté, les ONG environnementales, sans légitimité démocratique mais accréditées à l’ONU et soutenues par elle, représentent l’idéologie écologiste. Elles entendent mettre la planète divinisée au centre de toutes les questions, modifier les mentalités, les normes, la fiscalité, la façon de produire et de se comporter. Elles jouent pour cela sur de grandes peurs, tel le réchauffement de la terre. L’une de leurs revendications à Varsovie, qu’elles ne veulent pas abandonner, est le transfert des richesses du Nord au Sud. Le théâtre des ruptures et des raccommodements, entre intérêts privés, nations et agitateurs idéologiques doit déboucher à terme sur un socialisme global.