fbpx

La cryogénisation des cerveaux pourrait permettre la transplantation dans de nouveaux corps d’ici à trois ans, selon Sergio Canavero

cryogénisation cerveaux transplantation nouveaux corps Sergio Canavero

Louis de Funès dans Hibernatus


 
Le Pr Sergio Canavero, directeur du Groupe avancé de neuromodulation de Turin, ne se contentera pas de la première transplantation d’une tête humaine d’ici à dix mois : dès « l’exploit » réalisé, il a annoncé vouloir travailler sur la transplantation de cerveaux humains après cryogénisation. Selon le scientifique fou, cela pourrait se faire dans trois ans au plus tard, permettant de « réveiller » les propriétaires des dits cerveaux.
 
Son projet représente un pas de plus par rapport la cryogénisation de corps entiers, façon Hibernatus. Il s’agit de conserver le seul cerveau et de le décongeler au moment où un corps donneur adéquat sera disponible.
 
La matière ne manque pas : des centaines de personnes mourantes ou paralysées ont déjà choisi de se faire cryogéniser en espérant que la science médicale puisse un jour les ramener à la vie et les guérir si nécessaire.
 
Pour l’heure, de nombreux scientifiques estiment qu’il est difficile d’imaginer que l’on puisse décongeler d’énormes organes comme le cerveau sans provoquer des dommages importants. Le Pr Canavero est persuadé quant à lui que la « résurrection » de la première tête congelée pourra se faire bientôt.
 

La cryogénisation des cerveaux : une procédure qui provoque des dommages irréversibles

 
Il a déjà identifié ces cobayes : dans un entretien avec la revue allemande Ooom, le professeur a annoncé son projet de réveiller des patients congelés par l’Alcor Life Foundation basée dans l’Arizona. « Nous allons essayer de ressusciter les premiers patients de la société, et pas dans 100 ans. Dès que la première transplantation de tête humaine aura eu lieu, soit pas plus tard qu’en 2018, nous allons pouvoir essayer de réveiller la première tête congelée. Nous projetons actuellement la première transplantation cerveau au monde, et j’estime réaliste de dire nous serons prêts d’ici à trois ans au plus tard », a-t-il précisé.
 
« Une transplantation de cerveau présente beaucoup d’avantages. En premier lieu, il n’y a quasiment pas de réaction immunologique, ce qui signifie que le problème du rejet n’existe pas. Le cerveau est pour ainsi dire un organe neutre. Si vous transplantez une tête avec des vaisseaux, des nerfs, des tendons et des muscles, le rejet peut être à l’origine d’un problème massif. Il n’en va pas de même avec le cerveau », a ajouté le professeur Canavero, optimiste.
 
Il reconnaît pourtant qu’il peut y avoir des problèmes physiques et psychologiques liés à l’insertion d’un cerveau étranger dans un corps entièrement différent. « Cela crée une situation nouvelle qui ne sera certainement pas facile à vivre », a-t-il expliqué.
 

La transplantation de cerveaux congelés dans de nouveaux corps : c’est pour dans trois ans selon Sergio Canavero

 
La plupart des scientifiques estime l’opération impossible, d’autant qu’il n’existe aucun exemple connu de restauration d’un cerveau de grand mammifère après congélation dans l’azote liquide. C’est ce que signale Clive Coen, professeur de neurosciences à l’université King’s College de Londres, en soulignant que le processus de congélation comme celui de la décongélation provoquent tous les deux des lésions graves.
 
Mais l’objectif du Pr Canavero va bien au-delà de la simple expérimentation scientifique et médicale. Lui qui s’apprête à collaborer avec un confrère chinois pour réaliser une transplantation de tête sur un sujet chinois l’an prochain espère tirer de son expérience des conclusions philosophiques et religieuses.
 

Sergio Canavero, avant tout un ennemi de la religion

 
« Dans quelques mois, nous allons séparer un corps d’une tête au cours d’une procédure médicale sans précédent. Pendant cette phase, il n’y a pas d’activité vitale, ni dans le cerveau, ni ailleurs dans le corps. Si nous ramenons ce patient à la vie, nous aurons le premier vrai compte-rendu de ce qui se passe vraiment après la mort. La transplantation d’une tête nous donnera une première vision quant à l’existence d’une vie après la mort, un ciel, un au-delà. Si nous parvenons à prouver que notre cerveau ne crée pas la conscience, les religions seront balayées pour toujours. On n’en aura plus besoin, car les êtres humains n’auront plus besoin d’avoir peur de la mort. Nous n’aurons plus besoin d’église catholique, de judaïsme ou d’islam parce que les religions en général seront obsolètes. Ce sera un moment décisif dans l’histoire de l’humanité », a-t-il déclaré.
 
Remarque stupide, puisque si le cerveau devait se remettre à fonctionner dans un nouveau corps, c’est soit qu’il n’a jamais été mort, soit qu’il n’est pas le siège de la conscience.
 

Jeanne Smits

 

cryogénisation cerveaux transplantation nouveaux corps Sergio Canavero

Sergio Canavero