fbpx

Le décret d’Obama sur l’immigration va permettre à 9,6 millions de clandestins de rester aux Etats-Unis

décret Obama immigration millions clandestins rester Etats-Unis
 
Une nouvelle étude menée par le Migration Policy Institute révèle que 87 % des clandestins aujourd’hui présents aux Etats-Unis pourraient rester dans le pays si le décret présidentiel signé par Barack Obama à ce sujet en novembre dernier était appliqué sans modification. Contrairement aux 4 ou 5 millions de clandestins annoncés, ce sont finalement 9,6 millions qui pourraient rester aux Etats-Unis, en vertu des décisions prises sans l’avis du Congrès par le président américain.
 
Le rapport du centre indépendant d’études sur l’immigration affirme que la conséquence de cette nouvelle politique sera une diminution drastique des expulsions aux Etats-Unis, puisque le ministère de la sécurité intérieure portera désormais ses efforts sur l’expulsion des clandestins qui sont considérés comme une menace publique, qui ont été reconnus coupables de crimes graves, qui ont violé les arrêtés d’expulsion ou qui viennent d’entrer dans le pays.
 

Le décret anticonstitutionnel d’Obama sur l’immigration diminue les expulsions de clandestins

 
Ces quelques mesures ne visent que 13 % des 11 millions de clandestins qui vivent aujourd’hui aux Etats-Unis, soit 1,4 million de personnes. Les anciennes réglementations menaçaient 27 % des clandestins.
 
En 2012 déjà, le gouvernement américain avait lancé un programme d’action qui donnait aux clandestins ayant grandi aux Etats-Unis le droit d’y rester et d’y travailler. L’année dernière, la mesure avait été élargie à un plus grand nombre de jeunes clandestins, ainsi qu’aux parents d’enfants nés sur le sol américain.
 
Ces deux expansions de la loi sont actuellement suspendues, sur décision d’un juge fédéral du Texas, à la suite d’un procès intenté par plus de 20 États américains. C’est la cour d’appel qui devra trancher.
 

Obama facilite l’accueil des clandestins sans l’avis du Congrès, et contre la volonté du peuple

 
La décision de Barack Obama, qui intéresse deux fois plus de clandestins qu’officiellement annoncé, va donc porter le nombre annuel d’expulsions à un niveau historiquement bas, sans que le Congrès – censé représenter le peuple américain excédé par l’immigration incontrôlée – n’ait même été consulté. Il devrait diminuer de 25.000 chaque année, tombant en dessous des 100.000, selon le rapport.
 

Contrairement aux 5 millions annoncés, 9,6 millions de clandestins pourront rester aux Etats-Unis

 
En 2011, un nombre record d’expulsions avait été prononcé, puisque 180.000 clandestins accusés de crimes ont été expulsés cette année-là. La présence de ces clandestins ne pose pas seulement un problème sur le plan économique : elle a des conséquences dramatiques sur la sécurité.
 
Béatrice Romée