fbpx

Dans une école anglaise, les « œufs écossais », considérés comme de la malbouffe, confisqués des pique-niques préparés par les parents

Dans une école anglaise, les « œufs écossais », considérés comme de la malbouffe, confisqués des pique-niques préparés par les parents
 
Les « œufs écossais », ces œufs durs entourés de chair à saucisse panée, ont été créés il y a 300 ans par le grand magasin britannique Fortnum & Mason, comme aliment pratique pour les aristocrates partis en pique-nique… Epoque bénie où nul ne se demandait s’ils étaient à ranger dans la catégorie de la « malbouffe ». A l’heure où les McDo poussent dans les moindres petites villes, les « Big Brother » qui prétendent veiller sur les enfants des écoles anglaises ont décidé qu’avaler un « Scotch Egg » est plus dangereux que de s’offrir une lampée de poison. Des parents ont fait les frais de cette absurde surveillance – ou plutôt leurs enfants qui ont vu leur pique-nique amoureusement préparé à la maison délesté des dangereux mets une fois arrivés à l’école. Confisqués ! En plus, ils ont eu faim…
 
Très populaires pendant des années, les œufs écossais avaient fini par tomber dans l’oubli. C’est 2011 qu’un chef a exhumé la recette. Ils se vendent aujourd’hui comme des petits pains… Les enfants en raffolent.
 
C’est une école de Colchester qui vient de les interdire, au motif que l’œuf écossais constitue un summum de « malbouffe ».
 

L’école confisque les œufs écossais des pique-niques préparés par les parents

 
Les parents d’élèves de cette école primaire ont eu la désagréable surprise de voir leurs enfants revenir furieux de l’école : les professeurs avaient retiré de leur pique-nique les fameux œufs écossais, tandis que d’autres enfants avaient été privés de leurs saucisses Peperami.
 
Les professeurs avaient décidé que les aliments en question n’étaient pas sains, et les ont donc confisqués aux élèves jusqu’à la sortie des classes (heure à laquelle, sans doute, ils redeviennent acceptables). Ils avaient pris soin de mettre un mot dans les paniers repas pour rappeler aux parents les principes de la diététique estampillée par les pouvoirs publics.
 

Fouillés comme des délinquants pour « lutter contre la malbouffe »

 
Et depuis lors, chaque matin, les pique-niques préparés par les parents sont fouillés par l’école qui « sait » ce qui est bon pour l’enfant, bien mieux que n’importe quel papa ou maman.
 
Une dizaine de parents sont naturellement venus demander des comptes et dénoncer cette ingérence. Ils estiment avoir le droit de nourrir leurs enfants comme ils le souhaitent. Ils ont tout de même pris soin de montrer patte verte : n’y avait-il pas des fruits et des légumes dans les pique-niques ? La lutte mondiale contre les protéines animales ne souffre-t-elle pas quelques exceptions ?
 

Les écoles anglaises veulent des pique-niques conformes à la loi, et se substituent aux parents

 
Un porte-parole de l’école a répliqué, sûr de lui : « Notre politique de pique-niques sains est en place depuis quelques temps et la majorité des parents la soutient. La décision de nous assurer que les repas de tous les élèves adhérent à cette politique a été prise après la consultation de certains parents, dans le cadre de nos efforts continus pour améliorer tous les domaines de l’école. Tous les repas que nous servons répondent aux règles édictées par le gouvernement, comme le veut la loi ».
 
Un gouvernement totalitaire, qui osera encore dire le contraire ? Faire la leçon aux parents en les dénonçant devant leurs propres enfants, quel délice !
 

Béatrice Romée