fbpx

Ecosse : le gouvernement veut réduire les droits à la propriété privée au nom de la « justice sociale »

Ecosse : le gouvernement veut réduire les droits à la propriété privée au nom de la « justice sociale »
 
Une femme politique écossaise propose de faire voter une loi qui pourrait sacrifier le droit à la propriété privée sur l’autel de la « justice sociale » affirme The Telegraph. Ce ministre du parti national écossais (SNP) a exposé les ambitions de la gauche en vue de l’avènement d’une société socialiste : les droits des propriétaires terriens d’utiliser leur propriété comme ils le souhaitent pourraient être supprimés pour le « bien public ».
 

Un ministre écossais veut réduire les droits à la propriété privée pour l’égalité et la justice sociale

 
Aileen McLeod, ministre écossais de la Réforme agraire, a affirmé lors d’une conférence que le gouvernement utiliserait ses nouvelles prérogatives sur la propriété foncière pour encourager la « justice sociale » et combattre l’« inégalité » dans le cadre du travail à accomplir pour parvenir au « type de société que nous voulons dans les 50 ou 100 prochaines années ».
 
La loi pourrait obliger les propriétaires à vendre leur propriété contre leur volonté, s’ils sont considérés comme un obstacle au développement.
 
« La tâche du gouvernement et le cœur de mon approche pour la réforme agraire est de travailler sur l’équilibre entre les intérêts privés et publics, en faveur de ces derniers », a prévenu Aileen McLeod.
 

L’ONU propose la même réduction des droits à la propriété privée à l’échelle mondiale

 
De son côté, The New American fait le parallèle avec les Etats-Unis et reproche au gouvernement fédéral de violer depuis des années l’un des droits les plus fondamentaux des Américains, à savoir la propriété.
 
Il cite également le plan de redistribution de l’ONU, qui fait furieusement penser aux ambitions du ministre Ecossais. Ce plan de redistribution, « Agenda 21 », prévoit de priver les gens de leurs droits à la propriété pour les rassembler dans des zones urbaines, afin que leur propriété soit cédée (de force) à l’un ou l’autre des gouvernements (nationaux ou mondial) dans le but de soutenir le « développement durable ».
 
Ce n’est pas si éloigné de que Mme McLeod appelle de ses vœux : « La justice sociale et l’égalité qui reflètent les droits de l’homme et l’intérêt public. »
 
Reinformation.tv a également fait un reportage sur la « France assassinée » par l’explosion des impôts fonciers pour le non-bâti. A voir et à revoir pour comprendre que les Ecossais ne sont pas les seuls à devoir s’inquiéter.
 

Béatrice Romée