fbpx

Eglise d’Ecosse : la nomination de « prêtres » homosexuels vivant en couple bientôt entérinée ?

Eglise Ecosse nomination prêtres homosexuels vivant couple

Assemblée générale de l’Église d’Écosse, à Édimbourg.


 
Les différents presbytères de l’Eglise d’Ecosse ont eu à se prononcer dernièrement sur l’acceptation ou le rejet de la nomination de « prêtres » homosexuels vivant en couple au même titre qu’ils avaient dû se prononcer, naguère, sur le cas des ministres du culte mariés. L’Assemblée de l’Eglise d’Ecosse a déjà voté pour l’acceptation des ministres homosexuels par 309 voix contre 182, mais l’accord des presbytères du pays est indispensable pour que la réunion de l’Assemblée de mai 2016 puisse entériner la décision. Actuellement, 25 presbytères sur 45 sont en faveur de la nomination de ministres homosexuels vivant en couple. Pour mémoire, 31 presbytères s’étaient dits favorables à la nomination de ministres mariés.
 

L’Eglise d’Ecosse divisée autour de la question des ministres gays en couple

 
Le caractère controversé, au sein des églises chrétiennes, du « mariage » homosexuel, explique cette majorité plus étroite. L’issue du vote de l’Assemblée du printemps prochain est d’ailleurs à la merci de changements dans sa composition à l’occasion de son renouvellement annuel. Celle-ci peut arguer d’un écart insuffisant entre les parties pour rejeter le résultat du vote. Les dés ne sont pas jetés, d’autant que 31 pasteurs sur les 806 que compte l’Eglise d’Ecosse ont déjà remis leur démission après le vote des presbytères.
 
Par ailleurs, les votes ont été très disparates. Les presbytères traditionnels, tels ceux de Lewis, d’Inverness et de Caithness ont voté contre cette motion, alors que ceux plus libéraux d’Edimbourg et de Glasgow ont voté pour à 142 voix contre 42. Les presbytères de Lothian ont également voté en faveur de cette motion avec 47 contre 28.
 
L’écart plus faible constaté cette fois-ci reflète la crainte de beaucoup qui voient en ce vote le signe que l’Eglise modifiera sa façon d’interpréter le mariage, selon les propos de Stuart Ryan, membre de l’Eglise d’Ecosse dans le Renfrexshire, rapportés par le blog gay KaleidoScot.
 

La nomination de « prêtres » homosexuels vivant en couple approuvée par une courte majorité reste incertaine

 
Pour Stuart Ryan, « l’Eglise d’Ecosse doit aborder de nombreuses questions difficiles dans les années qui viennent si elle veut s’attaquer aux vrais problèmes de l’acceptation et de l’inclusion ». En revanche, pour le révérend David Robertson de Saint-Peter, dans le Dundee, c’est un cataclysme pour l’Eglise d’Ecosse : « Les libéraux qui rejettent la Bible en tant que reflet de la Parole de Dieu sont ravis, puisque selon eux c’est le Saint-Esprit qui s’est exprimé au sein de l’Eglise. Les gens de Stonewall sont ravis. L’« Equality Network » (réseau-égalité) autoproclamé est ravi. Les élites urbaines sont ravies. Mais nombre d’entre nous qui aimons l’Eglise d’Ecosse sommes atterrés ».
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle