fbpx

L’Eglise orthodoxe d’Ukraine obtient son indépendance de l’Eglise russe : schisme en vue dans l’orthodoxie ?

Eglise orthodoxe Ukraine russe schisme orthodoxie
 
Ce pourrait mener à la sécession la plus importante dans le monde chrétien depuis les réformateurs protestants et, peut-être, depuis le schisme de 1054 entre Orient et Occident. L’Eglise orthodoxe d’Ukraine, qui dépendait du patriarcat de Moscou, vient d’être autorisée ce 11 octobre par le synode présidé par le patriarche œcuménique Bartholomée à faire valoir son indépendance vis-à-vis de l’Eglise orthodoxe Russe. Cette dernière menace en réponse de se séparer totalement du patriarcat œcuménique de Constantinople. L’Eglise orthodoxe d’Ukraine, quarante diocèses à ce jour, fut un exarchat de l’Eglise russe jusqu’en 1990. Elle était auto-administrée depuis, mais rattachée canoniquement au patriarcat de Moscou. Deux autres Eglises orthodoxes, de moindre importance, coexistent en Ukraine : l’Eglise autocéphale née en 1920 lors de la brève indépendance du pays, et l’Eglise du patriarcat de Kiev, pro-européenne, constituée en 1992 et présidée par le patriarche Philarète. Cette histoire agitée souligne les liens étroits entre pouvoirs séculiers et orthodoxie.
 

L’indépendance de l’Eglise orthodoxe d’Ukraine, bonne nouvelle pour Kiev

 
Pour le gouvernement de Kiev, l’indépendance de la principale Eglise orthodoxe d’Ukraine constitue une avancée majeure face aux risques d’interférences russes dans ses affaires intérieures. A l’inverse, le clergé russe s’oppose à cette séparation menaçant d’un « schisme » avec Constantinople, qui serait le plus grave depuis mille ans. Pour autant, la décision est incontestable puisqu’elle a été prise lors du synode de trois jours qui s’est tenu à Istanbul sous la présidence du patriarche œcuménique Bartholomée, représentant quelque 300 millions de « catholiques orthodoxes ». L’Eglise orthodoxe d’Ukraine échappe ainsi à l’administration du patriarche Cyrille, chef de l’Eglise orthodoxe russe.
 
Le synode a pris plusieurs autres décisions pour faciliter l’indépendance de Kiev par rapport à Moscou, parmi lesquelles la réhabilitation du patriarche ukrainien Philarète, excommunié par l’Eglise russe pour avoir institué l’Eglise du patriarcat de Kiev juste après la dissolution de l’URSS. Il a aussi révoqué l’antique décret qui avait placé les chrétiens orthodoxes ukrainiens sous la tutelle directe du Patriarche de Moscou en 1686.
 

Face à l’autocéphalie de l’Eglise d’Ukraine, l’Eglise russe brandit la menace d’un schisme dans le monde de l’orthodoxie

 
L’Eglise orthodoxe d’Ukraine devient donc « autocéphale ». En représailles, l’Eglise russe a annoncé la rupture de ses relations eucharistiques avec le patriarcat œcuménique de Constantinople. Alexandre Volkov, l’un de ses représentants, a brandi la menace d’un « schisme », c’est-à-dire d’un retrait de l’Eglise russe de la communion de Constantinople. Vladimir Legoïda, porte-parole de l’Eglise orthodoxe russe, a dénoncé la levée de l’anathème qui pesait sur Philarète, estimant qu’elle « sape les fondements du système canonique orthodoxe ». Le schisme sera-t-il consommé ? On en saura davantage à l’issue du synode que l’Eglise russe a prévu de réunir le 15 mars 2019.
 
Le bras de fer religieux sur la question ukrainienne s’était aggravé depuis le début de la guerre civile au Donbass qui a causé dix mille morts, et l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Le pouvoir politique ukrainien accuse l’Eglise orthodoxe russe d’agir sur son territoire au bénéfice de « l’expansionnisme » de Moscou, et des séparatistes du Donbass. La victoire de Kiev sur la question religieuse pourrait renforcer le président pro-occidental Petro Porochenko dans la perspective de l’élection présidentielle de 2019, à l’issue incertaine.
 
« Les décisions du patriarche œcuménique et du synode ont enfin dissipé les illusions impérialistes et chauvinistes de Moscou », a déclaré le social-démocrate Petro Porochenko, évoquant « un enjeu pour l’indépendance, la sécurité nationale, la souveraineté et la géopolitique mondiale ». Il a garanti que l’Etat « protégera les prêtres » qui sortiront du giron de Moscou. De son côté, le patriarche Philarète a estimé que la décision du synode était susceptible d’entraîner la réunification des trois Eglises orthodoxes présentes en Ukraine.
 

L’Elise russe évoque le grand schisme de 1054 entre Orient et Occident

 
L’Eglise russe en revanche n’a pas hésité à comparer la déclaration d’autocéphalie de l’Eglise d’Ukraine au grand schisme de 1054 qui avait entraîné la séparation entre Eglises d’Orient et d’Occident, orthodoxie gréco-slave et catholicisme latin. Elle a estimé qu’elle pourrait entraîner une rupture irréversible de la (relative) unité actuelle de l’orthodoxie. D’ores et déjà, l’Eglise russe a cessé de participer aux structures présidées par le patriarche de Constantinople, a menacé de ne plus le reconnaître comme « premier parmi les égaux » et a cessé de le citer durant ses offices.
 
Anticipant la décision de Bartholomée, le patriarche de Moscou Cyrille avait tempêté, le 8 octobre : « Toutes les forces du mal sont réunies pour arracher l’Eglise ukrainienne de l’Eglise orthodoxe russe unifiée ! ». Il avait mis en cause « des forces politiques », et avait accusé le patriarcat de Constantinople de s’arroger « un pouvoir universel ».
 

Pour Philarète, bientôt réintégré dans l’Eglise orthodoxe d’Ukraine, Poutine est possédé par Satan

 
L’Ukraine et la Russie sont devenues chrétiennes depuis Vladimir le Grand, prince dont le baptême, en 988 à Kiev, entraîna l’évangélisation de la « Russie kiévienne ». Sur le territoire de l’actuelle Ukraine, les divisions récentes de l’orthodoxie ont correspondu aux déchirures politiques. L’Eglise autocéphale est née au cœur de la terrible guerre civile entre blancs et communistes, ces derniers organisant par la suite, au début des années 1930, l’effrayant holodomor, famine meurtrière qui fit en Ukraine plusieurs millions de morts. L’Eglise du patriarcat de Kiev, quant à elle, est née dans le sillage de la sortie de l’Ukraine de l’Union soviétique. Menée par Philarète, elle a pris résolument parti pour l’indépendance, tant religieuse que politique, et le rapprochement avec l’Occident. Philarète, bientôt intégré dans l’Eglise orthodoxe d’Ukraine, est un adversaire déclaré de Vladimir Poutine, qu’il estime possédé par Satan.
 
Le patriarche de Moscou Cyrille dément toute menace de son Eglise sur la sécurité de l’Ukraine, estimant qu’elle a œuvré pour le retour de la paix dans le Donbass. Les observateurs redoutent néanmoins que ces derniers événements religieux entraînent des affrontements dans les villes d’Ukraine.
 

Matthieu Lenoir