fbpx

Etats-Unis : «  Ferguson Effect », ou l’augmentation du nombre d’homicides dans sept villes démocrates

Etats-Unis : «  Ferguson Effect », ou l’augmentation du nombre d’homicides dans sept villes démocrates
 
Le nombre de crimes et homicides enregistrés dans sept villes des Etats-Unis gérées par des Démocrates a fortement augmenté, dans la foulée des émeutes de Ferguson et de Baltimore après les faits divers tragiques où des suspects noirs ont été tués par des policiers. Cause à effet ? La presse conservatrice américaine en est convaincue – mais des titres plus « libéraux » sont du même avis.
 
Au mois de mai, 43 homicides ont été dénombrés à Baltimore, soit le plus grand nombre de meurtres jamais enregistré mensuellement depuis août 1972. Le nombre total de meurtres depuis janvier s’y élève à 116, contre 81 pour la même période l’année dernière, selon les données de la police. La plupart des victimes des meurtres du mois de mai étaient des hommes noirs, sans surprise puisque les Noirs représentent 60 % de la population de la ville.
 
Ce nombre record de meurtres survient après les émeutes que la ville a subies, provoquées par la mort de Freddie Gray, un jeune Noir de 25 ans retrouvé mort le 19 avril d’une blessure qu’il aurait reçue pendant sa garde à vue. Pendant ces manifestations, des dizaines de bâtiments et de véhicules ont été incendiés, 20 policiers ont été blessés et plus de 200 personnes arrêtées.
 

Une augmentation d’homicides sans précédent dans sept villes des Etats-Unis, dont Baltimore

 
Pour la presse conservatrice, il n’y rien d’étonnant dans cette montée du nombre de crimes puisque les autorités du pays, à commencer par le président américain Barack Obama, son ministre de la Justice Eric Holder et les grands médias n’ont cessé d’envenimer la situation en accusant la police d’entretenir de mauvaises relations avec ces populations majoritairement noires.
 
Mais Baltimore n’est pas la seule ville des Etats-Unis à subir cette vague de violences. Six autres villes sont également concernées et l’ensemble de ces sept villes est tenu depuis des décennies par des Démocrates.
 
C’est le cas de Baltimore, dans laquelle la violence armée a augmentée de 60 % en seulement un an. Le dernier maire républicain a quitté la ville en 1967 : il est bien difficile de lui en faire porter une quelconque responsabilité…
 

Les villes touchées par une hausse du nombre d’homicides sont démocrates depuis des décennies

 
La ville de Milwaukee connaît un sort pire encore avec une augmentation des homicides de 180 % en un an, tandis que dans la ville voisine de Saint-Louis, les fusillades ont augmenté de 39 %… Les Républicains sont partis respectivement en 1906 et 1949 de ces deux villes : même constat.
 
Pour Atlanta, dont le dernier maire républicain remonte à 1942, les meurtres ont augmenté de 32 %. A Chicago, c’est 24 % de fusillades en plus, 17 % d’augmentation pour les homicides. Deux villes démocrates depuis 1942 et 1931…
 
Pour New-York, la passation entre Républicains et Démocrates est plus récente, mais elle fut radicale. Depuis son accession à la mairie en 2013, Bill de Blasio a mis un point d’honneur à déconstruire toute la politique sécuritaire menée par son prédécesseur républicain. Et là encore, l’augmentation des crimes est spectaculaire : 500 % de fusillades en plus dans l’est de Harlem par rapport à l’année passée.
 
A Los Angeles, ville démocrate depuis 22 ans, l’augmentation atteint 100 %.
 

Un « Ferguson effect » provoqué par la campagne anti-police menée par les autorités

 
Ces villes ont subi ce que le Wall Street Journal appelle le « Ferguson Effect ».
 
Après deux ans de campagne menée par Obama, Eric Holder et les médias contre les forces du maintien de l’ordre, le résultat est là, dramatique pour les populations pauvres, noires, vivant dans les banlieues sensibles, premières victimes de ces crimes.
 
A Baltimore, certains habitants dénoncent la disparition de la police ces derniers jours. La police répond qu’elle continue ses rondes, mais qu’elle subit une violence insupportable de la part d’une partie de la population.
 
D’un autre côté, les policiers confient avoir peur de mal agir, ou même de subir les foudres de la bien-pensance s’ils se retrouvent en face d’une « mauvaise victime », en l’occurrence d’une victime noire.
 
A Los Angeles, le shérif est confronté à un problème ardu. Alors qu’il tente de mettre en place un nouveau service chargé de traiter les cas de violence en prison, de discrimination raciale et de corruption, sa réforme rencontre un obstacle imprévu : il est devenu quasiment impossible de recruter des gardiens de prison.
 
Ce n’est pas que l’argent manque ou que la tâche soit mal payée. Le problème réside dans un manque de qualifications des candidats. Un quart abandonne après le test initial, un autre quart après le test écrit tandis qu’un sur trois abandonne à cause du test sportif…
 

Béatrice Romée