fbpx

Etats-Unis : démission de nouveaux juges pour ne pas célébrer des mariages homosexuels

Etats-Unis Mariages homosexuels Juges Demission
 
En Caroline du Nord, c’est en train de devenir un mouvement de fond que les Etats-Unis observent. En comptant l’exemple des juges Callam et Breedlove que nous rapportions ici, six juges locaux ont démissionné récemment pour ne pas avoir à obéir à un ordre judiciaire qui les oblige à célébrer des « mariages » homosexuels.
 
Quatre nouveaux juges ont fait passer leur conscience devant leur intérêt matériel : Bill Stevenson, Tommy Holland, Gayle Myrick et Jeff Powell. Et ils n’abandonnent pas des postes honorifiques : la magistrature est leur principale source de revenus.
 

Juges chrétiens contre mariages homosexuels : une seule solution, la démission

 
Le juge Stevenson a expliqué son geste avec panache : « C’est une chose que je devais faire en conscience. Je pensais que le fait de célébrer des mariages homosexuels serait une violation des commandements du Seigneur, et cela, je ne pouvais pas le faire. Je suis désolé de me mettre à citer la Bible, mais elle dit : “A quoi sert à un homme de gagner le monde entier s’il perd son âme ?” C’est cela que j’ai mis dans la balance. »
 
Myrick a invoqué le même point de vue chrétien : « Pour faire ce que l’Etat exigeait de moi, sous peine de sanction légale, il faudrait que j’aille contre mes convictions, et je n’étais pas disposé à le faire. Je veux honorer ce que dit la Parole. »
 
Tommy Holland a expliqué avoir su dès l’instant où la décision judiciaire était tombée qu’il n’aurait pas d’autre choix que de renoncer à sa charge. « Cela va contre ma foi. C’est contraire à la Bible… J’ai été élevé baptiste du Sud. Dieu a toujours pris soin de moi. »
 

Pas d’objection de conscience pour les juges aux Etats-Unis

 
Malgré les demandes d’un sénateur de la Caroline du Nord, aucune protection n’a été mise en place pour les juges objecteurs de conscience. Ce faisant, explique Stevenson, l’Etat a rejeté « l’autorité première de l’Ecriture sainte – chose que les pères fondateurs de notre nation n’auraient jamais accepté de faire ». « Je crois que l’une des choses que nous avons perdues en tant que chrétiens est la compréhension d’une juste vision des commandements du Seigneur, et que le fait de les garder – avec le secours de sa Grâce – est nécessaire pour démontrer notre amour à son égard », a-t-il conclu.
 
Faut-il renoncer à sa sécurité matérielle, et au rôle positif et bienfaisant que l’on peut jouer grâce à l’autorité acquise dans un domaine de pouvoir, pour obéir à la vérité et à sa conscience plutôt qu’aux « non-lois » qui ordonnent le mal ? C’est une question qui se pose de plus en plus, et pas seulement aux Etats-Unis. Rares sont ceux qui restent à cet égard aussi cohérents que ces juges, qui ont tranché la question par leur démission.