fbpx

DRAME/DRAME HISTORIQUE
Eternité ♥♥


 
Eternité est un très beau film qui met à l’honneur les familles nombreuses. Il s’agit même des familles françaises et catholiques, ou du moins respectant les rites du catholicisme. Elles sont liées entre elles, sur trois générations, par des mariages, des années 1870 aux années 1930. Toutes se retrouvent régulièrement dans une belle et grande maison, avec un vaste un parc, acquise sous Napoléon III par les ancêtres communs. L’éternité consiste en la chaîne des générations, ininterrompue. On ne s’attendait nullement à voir des actrices françaises très connues, publiquement engagées dans les pires causes officielles de notre triste époque, comme Audrey Tautou, Mélanie Laurent, Bérénice Béjo, exceller dans le rôle de composition difficile pour elles de bonnes mères de familles nombreuses, véritables anges du foyer. Or, c’est le cas ! Les maris travaillent à l’extérieur, ce qui n’est jamais montré. Le film se centre donc sur les mères, épouses et mères, éléments en effet absolument vitaux de transmission des traditions, qui s’occupent à temps plein de leur maisonnée. Elles ont assurément beaucoup à faire !
 
Le temps est surtout marqué par la joie des naissances, ou la tristesse des décès. Les familles de cette époque, y compris les riches comme c’est le cas ici, ont perdu encore, sinon beaucoup, du moins un certain nombre d’enfants. Les mères sont effondrées, mais songent à leurs autres enfants, dont la constante et affectueuse présence les aide à surmonter leur folle douleur. Ces douleurs de mères sont vives à tous les âges des enfants, de la petite enfance à la mort à l’âge adulte, de maladie ou sur le front à la guerre de 1914-1918 pour deux grands fils. Il faut relever que ce dernier drame n’est nullement l’occasion de déferlement de la vulgate antipatriotique d’usage, et c’est très bien ainsi. Dans ces foyers règne l’amour. Les femmes aiment leurs maris. Les maris aiment leurs femmes. Parents et enfants s’aiment. Les enfants s’aiment entre eux. Cet excellent esprit, qui devrait aller de soi, devient une rareté, sur les écrans comme hélas trop souvent la vie réelle. Il est à saluer.
 

Eternité : quel beau spectacle !

 
Le catholicisme paraît important dans ces familles, avec des rituels strictement observés, des mariages, des enterrements religieux, des baptêmes précoces. Il manque seulement à l’écran les prières en famille. Le réalisateur vietnamien a infusé dans tout le film un excellent esprit familial français, et, dans une certaine mesure catholique. Une mère ne comprend guère la vocation de carmélite de sa fille, le dit, mais la respecte. Cette incompréhension peut certainement arriver parfois à d’excellentes mères catholiques aussi, avec la douleur de la séparation totale de fait, même si elles la surmontent avec le temps. La seule limite majeure d’Eternité réside dans son caractère fondamentalement contemplatif, qui pourrait ne pas être au goût de tous les publics. Mais quel beau spectacle !
 

Hector JOVIEN

 
Eternité drame historique film