fbpx

L’Europe entend gérer les flux migratoires

Europe gerer flux migratoires
 
Dans des conclusions publiées samedi, le Conseil Justice et affaires intérieures de l’Union européenne a fait état des mesures qu’il a décidé de prendre pour mieux gérer les flux migratoires, les ministres européens concernés étant tombé d’accord sur la nécessité, pour y parvenir, de mettre fin aux clivages actuels entre Etats-membres, afin de définir une action commune au niveau européen.
 
En effet, face à l’accroissement observé des flux migratoires, tant directs que secondaires, c’est-à-dire à l’intérieur même des pays européens, les décisions prises au niveau national de chacun des Etats-membres peuvent influer sur l’évolution géographique des populations qui, parties de chez elles pour des raisons diverses, cherchent à se fixer en Europe.
 

Flux migratoires vers l’Europe

 
Face à ce que le Conseil nomme une « pression migratoire », trois considérations principales, tirées des travaux de la force opérationnelle pour la Méditerranée, où ont lieu les principaux flux migratoires, ont été mises en avant :
 
– la coopération avec les pays tiers, notamment en ce qui concerne la lutte contre les passeurs et les trafiquants d’êtres humains ;
 
– le renforcement de la capacité de Frontex, l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures, à réagir à cette pression et aux risques qui en découlent ;
 
– et les mesures destinées à mettre en œuvre un « régime d’asile européen commun ».
 

Gérer les liens entre vie privée et impératifs de sécurité

 
Parallèlement, les ministres réunis à Luxembourg ont évoqué les mesures à prendre contre les combattants à l’étranger, et revenant en Europe : contrôles aux frontières extérieures de Schengen, consultations des banques de données, qu’elles soient nationales ou européennes, etc. Si l’on considère les observations de certains participants, la difficulté est d’arriver à concilier le droit à la libre circulation, et tout ce qui touche au secteur de la vie privée avec les exigences de sécurité. Des considérations qui devraient sans doute amener à revoir ou préciser certains aspects de la Convention de Dublin, signée il y a vingt-quatre en Irlande, et qui régit actuellement la compétence des Etats-membres en matière de demande d’asile.