fbpx

Le gouvernement veut davantage de fonctionnaires

Gouvernement davantage fonctionnaires
 
Alors qu’ils avaient connu une certaine baisse depuis le début du quinquennat, les effectifs de la fonction publique d’Etat vont repartir à la hausse l’année prochaine. Ce sont en effet près de 8.300 postes qui seront créés en 2016, si l’on en croit l’un des documents glissé dans le dossier de l’orientation budgétaire qui se tenait ce jeudi.
 
Ce chiffre constitue un net renversement de tendance. En effet, l’année dernière, ce sont plus de 2.500 postes de la fonction publique qui avaient disparu. En 2013, plus encore, puisque les suppressions avaient dépassé les 7.000 postes…
 

Davantage de fonctionnaires

 
Il devait en être de même cette année. Ainsi, quelque 7.500 autres postes devaient encore disparaître à la faveur de la loi de programmation militaire 2014-2019. Mais c’est justement le ministère de la Défense qui, au contraire, va connaître une augmentation, avec la création nette de quelque 2.300 postes.
 
La raison est à rechercher du côté du renforcement des missions de sécurité intérieure de l’armée depuis les attentats de janvier. Vigipirate multiplie en effet ses effectifs, et les chefs de corps ne savent plus, parfois, où donner de la tête.
 
La réalité de la crise sécuritaire s’étant encore compliquée depuis le début de l’année, François Hollande a dû abandonner l’idéologie (à regret, peut-on supposer), en se voyant contraint de faire face à l’existence de « lourdes menaces aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de notre territoire ».
 
Il n’y a d’ailleurs que sur le plan humain que la Défense se voit renforcée. Contrairement à ce que souhaitait la Gauche, de nouveaux crédits vont lui être alloués, ses moyens augmentant d’un milliard d’euros à 31,7 milliards – sans compter 250 millions de cessions immobilières.
 

Comment le gouvernement gèrera-t-il ces nouvelles dépenses ?

 
Au total, le gouvernement prévoit de stabiliser les crédits des ministères aux alentours de 203 milliards d’euros en 2016.
 
Parmi les autres ministères auxquels le gouvernement se veut particulièrement attentif, l’Education nationale demeure prioritaire avec 8.561 créations de postes, et une augmentation de crédits de 518 millions d’euros.
 
Avec tout cela, pas plus François Hollande que Manuel Valls ne semblent prêts à nous expliquer comment ils arriveront à concilier ces nouvelles dispositions avec leurs déclarations précédentes selon lesquelles il était impératif, pour parvenir à ramener peu à peu le budget de la France à l’équilibre, de faire des économies dans ces divers secteurs ; ou avec la promesse du chef de l’Etat de ne pas augmenter le nombre de fonctionnaires.
 

François le Luc