fbpx

A qui appartient la Grande mosquée de Paris ?

Grande mosquée Paris

La Grande Mosquée de Paris.


 
L’Algérie a annoncé avoir entamé les procédures d’appropriation de la Grande mosquée de Paris. Le propos a été tenu par son ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa – ce qui lui confère une certaine réalité –, mais l’information a été démentie par le recteur de la dite mosquée, Dalil Boubakeur. A qui appartient donc la Grande mosquée de Paris ?
 
C’est devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale algérienne que le ministre a affirmé que les procédures visant à ce que la Grande mosquée de Paris devienne propriété de l’Etat algérien avaient été entamées officiellement par le biais de l’ambassade de l’Algérie à Paris.
 

La question de la propriété de la Grande mosquée de Paris

 
Pour justifier son affirmation, Mohamed Aïssa a souligné que la démarche s’appuie sur une loi française disposant qu’« un pays étranger qui finance une association de droit français peut, passés quinze ans, prétendre à la propriété de cette entité, ce qui est le cas pour la Grande mosquée de Paris ».
 
Cette déclaration ministérielle intervient alors que certains membres de ladite commission s’inquiétaient de la gestion de la Grande mosquée de Paris et de la Société des Habous qui auraient « dévié des missions qui leur ont été assignées ».
 
Mohamed Aïssa a répondu à cela que, « jusqu’à nouvel ordre, la Société des Habous continuera à être gérée par la France selon ses lois », selon l’accord de coopération signé en 2001 avec la France portant création de cette association de droit français… mais travaillant en coordination avec la Commission nationale des wakfs en Algérie, qui gère les donations.
 
Dans un communiqué, le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a démenti toute procédure, soulignant que les activités de la mosquée s’inscrivent dans le cadre de la loi française.
 
« Toutes spéculations ou informations contraires ne sont qu’une vue de l’esprit journalistique, et donc nulles et non avenues », ajoute-t-il. On ne sache pas que les propos d’un ministre algérien relève d’une vue de l’esprit journalistique. Le recteur évoque cependant « la perspective juridique d’une fondation franco-algérienne dont le but viserait à préserver le patrimoine des biens et lieux de culte de l’Algérie en France ». Le propos paraît ici bien flou ; beaucoup plus que celui du ministre algérien…
 

Morts pour la France

 
On rappellera que, si l’Algérie assure un financement de deux millions d’euros à la Grande mosquée de Paris, celle-ci a été construite en hommage aux dizaines de milliers de soldats musulmans morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale.
 
Il serait tout de même curieux qu’un ouvrage construit en hommage à des soldats morts pour la France – quelle que soit leur religion, cela aussi, ne cesse-t-on de nous dire, c’est la loi française – devienne propriété d’un Etat étranger.
 
Pour l’heure, les autorités françaises semblent demeurer étrangement muettes sur le sujet…
 

François le Luc