fbpx

Les homosexuels mariés ont trois fois plus de risque de se suicider que les hétérosexuels mariés

homosexuels mariés plus risques suicide
 
Même dans la Suède « gay-friendly », les homosexuels mariés ont trois fois plus de risque de se suicider que les autres individus mariés. Tel est le résultat d’une étude publiée en mai dans l’European Journal of Epidemiology.
 
Les auteurs de l’étude ont noté que l’intolérance sociale au comportement homosexuel ne saurait si facilement expliquer ce résultat, la Suède étant connue pour son acceptation de l’homosexualité. « Même dans un pays comparativement tolérant envers l’homosexualité comme la Suède, les individus engagés dans des mariages homosexuels encourent un risque plus élevé de suicide que les autres individus mariés » notent les auteurs de l’étude.
 

L’étude sur le suicide a porté sur plus de 6.000 couples mariés homosexuels en Suède

 
Intitulée « Le suicide chez les couples mariés en Suède : le risque est-il plus grand au sein des couples de même sexe ? », l’étude a utilisé les banques de données détaillées du gouvernement suédois pour comparer une population de plus de six mille couples homosexuels mariés à la population, plus importante, des couples hétérosexuels qui se sont mariés entre 1996 et 2009, et les a suivi jusqu’en 2011.
 
Ces recherches ont montré que le risque de se suicider était dans l’ensemble 2,7 fois plus élevé chez les couples homosexuels, avec un intervalle de confiance à 95 % compris entre 1,5 et 4,8. Le risque est plus élevé chez les hommes (2,9) que chez les femmes (2,5).
 
Les résultats de ces études sont similaires à ceux de nombreuses autres recherches effectuées ces dernières années et qui ont constaté une forte corrélation entre le comportement homosexuel et un éventail de conséquences psychologiques négatives, y compris dans des pays connus pour leur forte acceptation du comportement homosexuel.
 

Des risques élevés de pathologies diverses constatés dans les milieux homosexuels

 
Celles qui ont été menées aux Pays-Bas, pays le plus tolérant du monde pour l’homosexualité, ont constaté que les homosexuels, mariés ou non, souffrent de taux significativement plus élevés de troubles de l’humeur, d’anxiété, de toxicomanie, de risque de se suicider, de troubles alimentaires et de crises d’angoisse.
 
Le comportement des homosexuels, qui se caractérise souvent des niveaux élevés de promiscuité et d’instabilité dans leurs relations interpersonnelles, se traduit par des taux d’infection par le VIH de 10 à 20 % dans les zones urbaines, ainsi que des risques élevés de contracter un herpès, le virus cancérigène d’Epstein-Barr, la syphilis, un cancer anal et d’autres pathologies.
 

Patrick Neuville