fbpx

Marisol Touraine et le principe de précaution

interdire la cigarette électronique

Comment sauver François Hollande ? Le ministre de la Santé a eu l’idée d’interdire la cigarette électronique dans les lieux publics. En vertu du principe de précaution. Et pour habituer les Français à l’arbitraire.
 

Ouf. Le gouvernement a un grand projet. Il nous semblait bien malade depuis les Européennes. Heureusement il y a Marisol Touraine, ministre de la santé.
Ce n’est pas n’importe qui. Elle est la fille du sociologue de référence de la deuxième gauche, Alain Touraine.
Elle a travaillé avec Rocard et Strauss-Kahn. C’est la représentante parfaite de la grande bourgeoisie bobo tiers-mondiste et révolutionnaire.

Pour sauver le président de la République, elle préconise l’éradication du tabagisme. Des paquets de cigarettes sans marque et l’interdiction de la cigarette électronique dans les lieux publics. Pas moins.
L’hélicoptère ukrainien abattu, l’amende de dix milliards de BNP-Parisbas, les Sélékas qui grenadent une Eglise en plein Bangui, la percée populiste en Europe : pas grave, Marisol Touraine s’attaque aux inciviques qui persistent à vapoter dans les jardins publics avec leurs petites gueules pas sympathiques.

La diversion est l’habileté des grands : pendant que le net s’enflamme pour les taux de Nicotine, il s’intéresse moins à la cote de Monsieur Trois pour cent. Et puis interdire l’espace public aux méchants est un signe de puissance. On croyait finie l’autorité de l’Etat, c’est faux : les vapoteurs clandestins seront sévèrement traqués.
 

Pas d’étude épidémiologique

On admirera qu’aucune étude épidémiologique n’établisse le vapotage passif : là s’affirme la véritable maîtrise de Marisol.
Sans les béquilles de la raison, elle mène les citoyens par la seule vertu de l’arbitraire. Ça nous apprend à obéir. Demain, nous ferons confiance à la future gouvernance globale.
En prime, madame Touraine fait un usage étendu du principe de précaution. Ça devrait faire plaisir aux écolos. Il n’y a pas de petit bénéfice.

Espérons qu’elle ne s’en tiendra pas là. Interdisons les gaz d’échappement sur les rues, routes et autoroutes.
Les trains trop bruyants, ils dérangent les vaches, qui sont aussi des êtres vivants.
Interdisons aussi le parfum, les déodorants et la transpiration dans le métro.
Les vaporettes ne sont pas seules à dégager des émanations suspectes : pourchassons la soupe à l’oignon et même le café fumant.
 
Vap else ? J’en oublie sûrement.