fbpx

L’Internationale socialiste et l’ONU poussent l’Occident chrétien à accueillir les réfugiés musulmans

Internationale socialiste ONU Occident chrétien accueillir réfugiés musulmans
 
L’administration Obama vient d’annoncer qu’elle a l’intention d’accueillir aux Etats-Unis des milliers (voire des dizaines ou des centaines de milliers) de « réfugiés » syriens. Il ne s’agit pas d’une décision soudaine provoquée par une situation d’urgence, mais bien de la poursuite d’une politique menée depuis des années, et largement encouragée par l’ONU, en Europe comme aux Etats-Unis. A y regarder de plus près, on comprend mieux la logique : il s’agit d’une mise en œuvre de l’invitation de l’Internationale socialiste et de l’ONU qui poussent l’Occident chrétien à accueillir les « réfugiés » musulmans.
 
Il s’agit du « programme pour la transformation » destiné aux ONG et auquel participe le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).
 
Le but à peine dissimulé de cet organisme est de plonger l’Europe et les Etats-Unis dans le chaos, en balkanisant certaines régions ravagées par les conflits ethniques et religieux, les contestations sociales et la menace terroriste – inévitablement renforcée par l’afflux massif de réfugiés musulmans.
 

L’ONU compte accroître son pouvoir mondial en balkanisant l’Europe et les Etats-Unis

 
Une telle situation permet en effet le renforcement de l’ONU, qui envoie un peu partout dans le monde ses forces de maintien de la « paix » financées par les contribuables des pays membres.
 
Dans le cadre du programme, le Haut commissaire aux réfugiés Antonio Guterres et le directeur exécutif de l’UNICEF travaillent étroitement avec l’administration Obama. Le pouvoir de décision accru de ces deux personnalités est d’autant plus inquiétant dans la crise migratoire qui menace l’Europe et les Etats-Unis. Les parties impliquées – parmi lesquelles la Chine communiste – ont-elle un réel intérêt pour les réfugiés ? On peut en douter, vu leur mépris pour la sécurité des pays d’accueil. Et leur dénominateur commun : leur volonté de voir l’avènement d’un gouvernement mondial, ouvertement souhaité depuis des années par l’Internationale socialiste.
 

L’Internationale socialiste encourage l’accueil des refugiés musulmans avec un objectif : le gouvernement mondial

 
Antonio Guterres fut jadis Premier ministre socialiste du Portugal – c’est sous premier son mandat que le pays rejoint l’euro – mais il a surtout été président de l’Internationale socialiste de 1999 à 2005 : une organisation marxiste qui compte de très nombreux « anciens » communistes transformés en « socialistes » ou « sociaux-démocrates », sans que leur ligne politique n’ait changé.
 
Internationale socialiste joue un rôle majeur dans le monde depuis 1950, tout spécialement au cœur des Nations unies. Au sein de l’organisation, 160 partis socialistes sont représentés, venus de plus de 100 pays différents dans le monde. Dans 54 pays, les partis socialistes en question sont au pouvoir.
 
Or l’Internationale socialiste affiche clairement ses objectifs depuis des décennies. Lors d’un congrès organisé à Oslo en 1962, l’organisation avait affirmé que « le but ultime des membres de l’Internationale socialiste n’est rien de moins qu’un gouvernement mondial… l’appartenance aux Nations unies devrait être universelle ».
 

L’ONU ou l’Internationale socialiste ne visent que l’Occident chrétien

 
Le 14 septembre dernier, l’organisation appelait l’Union européenne à accepter « le flot continu de réfugiés et de chercheurs d’asile qui fuient les zones de conflit ». Le discours est le même que celui des Nations unies et pour cause – les personnes qui y travaillent sont les mêmes.
 
Dans cet appel, l’Internationale socialiste n’appelle pas la Russie, la Chine, la Turquie ou les pays du Golfe à accueillir leur part de ces réfugiés. Seul l’Occident chrétien est visé par les recommandations de l’organisation comme par celles des Nations unies. Raison suffisante pour se poser des questions.
 

Béatrice Romée