fbpx

Les Suisses, champions du monde du bonheur

Les Suisses, champions du monde du bonheur
 
Les Suisses sont les plus heureux du monde, suivis de près par les Islandais, les Danois, les Norvégiens et les Canadiens. Ces champions occupent la première place du classement 2015 sur le bonheur dans le monde. La France, elle, ne figure qu’en 29e position.
 
Au total, 158 pays sont référencés. La Finlande, les Pays-Bas, la Suède, la Nouvelle Zélande et l’Australie se classent respectivement 6e, 7e, 8e, 9e et 10e. Les Etats-Unis arrivent au 15e rang, devant la Belgique (19e), le Royaume-Uni (21e), l’Allemagne (26e) et l’Espagne (36e). L’Italie n’apparaît qu’en 50e position et la Grèce à la 102e place. L’Afrique compte dix pays en queue de classement.
 
C’est la troisième année que le bonheur est ainsi quantifié, après un premier rapport publié par les Nations unies en 2012. Pour arriver à leurs conclusions, les chercheurs se penchent sur l’espérance de vie en bonne santé, le PIB par habitant, le soutien social, la confiance, la perception de liberté dans ses choix de vie, et la générosité.
 

Les Suisses sont champions du monde du bonheur

 
Les treize pays en tête du classement sont les mêmes qu’en 2014, mais dans un ordre différent, remarque Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut de la terre à l’université Columbia à New York.
 
« Une de nos recommandations est d’utiliser les mesures du bonheur (…) pour aider à guider le monde durant cette période de nouveaux objectifs de développement durable », précise-t-il, en insistant sur l’importance du bonheur dans l’enfance, afin de parvenir à être des adultes heureux : « Nous devons investir tôt dans la vie de nos enfants, afin qu’ils deviennent des adultes indépendants, productifs et heureux, contribuant à la fois socialement et économiquement. »
 
Les auteurs du rapport, publié par le SDSN (Sustainable Development Solutions Network – « Réseau pour des solutions de développement durable »), soulignent donc l’importance de l’équité, de l’honnêteté, de la confiance et de la bonne santé dans leurs « calculs ». Mais cette quantification du bonheur est-elle une véritable réponse ? Certes elle élargit la considération, déjà très ancienne, sur l’argent, qui ne suffirait pas dit-on à faire le bonheur. « Si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez-le ! », aurait dit Jules Renard.
 

Qu’est le bonheur ?

 
Mais à vouloir quantifier ce bonheur, il semble qu’on en perde la réalité. La question très actuelle des migrants, fuyant des terres malheureuses, pour venir – quand ils ne meurent pas en chemin – trainer leur misère chez nous, montre qu’il faut, avant tout, revoir notre conception du bonheur…
 

François le Luc