fbpx

Manuel Valls distingué pour sa lutte contre l’antisémitisme

Manuel Valls distingué pour sa lutte contre l’antisémitisme
 
Le premier ministre Manuel Valls a reçu le 11 mai dernier, à l’Hôtel Matignon, le prix Lord Jakobovits 2014 décerné par la Conférence des rabbins européens (CER), qui récompense chaque année une personnalité européenne « qui a su se distinguer par son engagement à promouvoir la tolérance entre les communautés religieuses en Europe et à lutter contre l’antisémitisme ».
 
Créé en 1992, ce prix – du nom de Lord Immanuel Jakobovits (1921-1999), ancien président de la CER et ancien grand rabbin de Grande-Bretagne et du Commonwealth – avait été décerné en 2012 à l’ancien premier ministre polonais et ancien président du Parlement européen Jerzy Buzeek, et en 2013 au chancelier allemand Angela Merkel.
 

Manuel Valls lutte contre l’antisémitisme

 
La CER est l’une des principales organisations du judaïsme orthodoxe, comptant quelque 700 rabbins membres dans une quarantaine de pays.
 
Le premier ministre français est récompensé, précisait la CER lors de l’attribution de ce prix à l’automne dernier, « pour sa détermination exemplaire à lutter contre l’antisémitisme au moment où les vieux démons resurgissent en Europe et pour sa persévérance à défendre les libertés religieuses ». Sans oublier sa « proximité avec la communauté juive ».
 
Lorsque la CER évoque de « vieux démons », elle donne de l’eau au moulin de Manuel Valls qui, lorsqu’il évoque l’antisémitisme en France, pense « extrême droite » et parle d’« extrême droite ». Or, si les actes dénoncés sont tangibles, et en augmentation, leur lien avec une « extrême droite » réelle ou supposée paraît pour le moins ténu. Si l’on veut bien s’en tenir aux clichés habituels dans la pensée de Manuel Valls, on imagine mal Jean-Marie ou Marine Le Pen se livrant à quelque acte extrémiste en ce domaine.
 

Quel antisémitisme ?

 
Les actes de cet antisémitisme – lorsqu’il était encore à l’Interieur Manuel Valls parlait d’antisémitisme « nouveau » né « dans nos quartiers, dans nos banlieues » – n’émanent pas dont ne sait où. La plupart du temps, il vient de milieux musulmans, et de la détestation que le Coran manifeste envers des êtres qu’il ne tient pas précisément en haute estime.
Mais il est évidemment plus facile de parler d’antisémitisme français, de dénoncer un antisémitisme français…
 

François le Luc