fbpx

Fi du multiculturalisme, le Danemark fait intégrer à son radiodiffuseur public que la société a ses racines dans le christianisme !

multiculturalisme Danemark société christianisme
 
On aimerait en France ce genre de retour en arrière ou plutôt de brusque réveil… mais ne rêvons pas tout haut, c’est au Danemark que c’est arrivé. Et si ce n’est pas la panacée absolue, c’est déjà une avancée notable, une bouffée d’air frais et vrai pour la société danoise. L’entreprise de radio-télévision publique du pays nordique est passée de la promotion du multiculturalisme et de l’intégration à celle d’une « démocratie » qui « a ses racines dans le christianisme ».
 
Et c’est le gouvernement qui en est à l’origine, plus particulièrement le parti anti-immigration Dansk Folkeparti, le Parti populaire danois (DF), le plus grand parti du bloc de droite depuis les élections législatives de 2015.
 

Le radiodiffuseur du Danemark : des nouvelles lignes directrices qui ne fâchent pas

 
Le nouveau contrat avec le radiodiffuseur d’État, a été publié mardi par le ministère de la Culture danois. Danmarks Radio (DR) va faire l’objet d’une série de mesures importantes, relevant d’un effort de modernisation qui prend en compte « la numérisation accrue et les habitudes changeantes des Danois dans la distribution du contenu » du média.
 
Des changements qui s’inscrivent dans le cadre de réformes globales des médias approuvées par le gouvernement et le Parti populaire danois (DF) en juin, qui réduiront de 20 % les dépenses globales de la chaîne publique DR au cours des cinq prochaines années. De fait, quelque 400 postes risquent d’être supprimés, et trois chaînes de radio ainsi que trois chaînes de télévision fermées.
 
Mais le point remarquable est en petites lettres. Et c’est sans doute ce qui inquiète le plus les tenants du pluralisme, officieusement, ou plutôt, les promoteurs avérés du multiculturalisme et du mondialisme : le mot « intégration » des précédentes versions a été supprimé du contrat qui stipulait auparavant que DR « doit travailler pour la promotion de l’intégration dans la société danoise ». On y lit seulement à présent que DR « doit travailler pour promouvoir un Danemark basé sur la communauté, construit sur des valeurs de démocratie, d’égalité et de liberté d’expression ».
 
Surtout le contrat stipule désormais que la société danoise « a ses racines dans le christianisme »
.
 

Fi du multiculturalisme : vive le christianisme !

 
C’est le parti anti-immigration Dansk Folkeparti (DF) qui est à l’origine de ce nouveau libellé. Car la politique des médias au Danemark résultant d’un accord politique entre le gouvernement et les partis du Parlement, il a pu œuvrer pour mettre l’accent sur ce point. « Il s’agit d’un resserrement par rapport à la formulation précédente, qui obligeait uniquement DR à reconnaître en particulier l’héritage culturel chrétien. Nous avons senti que c’était trop faible. C’est pourquoi nous avons exigé cette spécification, qui indique clairement que DR doit présenter davantage l’héritage culturel chrétien », a déclaré mardi à Politiken le représentant du DF, Morten Marinus.
 
Il en a profité pour rappeler que DR avait « abusé » des termes de son contrat l’année dernière, en organisant un événement pour marquer l’aïd el-fitr, la célébration qui marque la fin du mois islamique du ramadan. « Nous ne pensons pas que cela fait partie de la mission de service public »…
 
Les partis d’opposition ont évidemment fait connaître leurs critiques. « Je pense que c’est une mauvaise priorisation des valeurs conservatrices. C’est un pas de plus vers un agenda politique qui ne veut pas intégrer les gens », a déclaré de son côté à Politiken Jacob Mark, porte-parole des médias du Parti socialiste populaire.
 
Ben oui, c’est agaçant… D’autant plus que le contrat précise que DR s’abstiendra « d’opinions susceptibles de dissuader les Danois d’avoir confiance dans les médias indépendants » – et toc.
 

La société danoise à rebours de son immigration non intégrée

Des éléments supplémentaires dans le retournement actuel du Danemark, qui, longtemps permissif sur le dossier migratoire, revoit sa copie face au déferlement de ces dernières années et l’embrasement de ses banlieues. Le gouvernement qui a interdit le port du voile intégral dans l’espace public, a fait adopter, en mai, un plan intitulé : « Un Danemark sans sociétés parallèles : plus de ghettos en 2030 ».
 
22 mesures musclées visant à reprendre la main sur une société en passe de perdre ses repères civilisationnels. Il est d’ailleurs à noter que si le projet était le fruit de la coalition de centre droit composée des libéraux et du DF, il a aussi été adopté par les sociaux-démocrates… Parmi eux, l’ancien ministre Henrik Sass Larsen, a d’ailleurs déclaré : « Désormais, notre objectif est l’assimilation(…) C’est à eux de s’adapter. Sinon, nous leur fournirons un billet d’avion pour l’Arabie saoudite ou tout autre pays qui applique la charia. »
 
Baisse des allocations pour les réfugiés, peines de prison doublées, éviction des criminels des cités, crèche obligatoire dès l’âge de deux ans… ce sont les quartiers sensibles qui sont visés, et avec eux la population étrangère, cette population musulmane qui représente désormais 5,3 % de la population.
 
En France, selon le très officiel centre de recherche américain Pew Research Center, la part de musulmans en France représentait 8,8 % de la population en 2016 et elle en représentera 17,4 % en 2050 – mais par contre, on ne fait rien.
 
Clémentine Jallais