fbpx

Le pape a nommé le successeur de Mgr Léonard à Bruxelles

Pape nommé successeur Mgr Léonard Bruxelles
 
Un nouvel archevêque de Malines-Bruxelles et primat de Belgique a été nommé par le pape, qui a choisi Mgr Jozef De Kesel, 68 ans, comme successeur de Mgr André Léonard, dont il avait accepté la démission il ya quelques mois. Mais, contrairement à son prédécesseur d’esprit traditionnel, Mgr De Kesel a la réputation d’être un progressiste ; réputation moins affirmée que celle de Mgr André Bonny, actuellement sur le siège d’Anvers, et dont le nom circulait avec insistance, ces dernières semaines, pour ce poste, mais néanmoins un homme d’ouverture, et pour tout dire un homme lige du cardinal Danneels. La parenthèse Léonard se referme…
 

Le pape a nommé Mgr De Kesel à Bruxelles

 
La nomination de Mgr De Kesel au poste qui fut le sien est une véritable revanche pour le cardinal Danneels. Après l’avoir poussé en 2002 en en faisait son évêque auxiliaire, il devient évêque de Bruges il ya cinq ans. A la grande déception du cardinal Danneels qui, obligé de démissionner à la suite du scandale des abus sexuels, aurait aimé voir son « poulain » hériter de son poste. Benoît XVI ne l’avait pas entendu ainsi. Mais la roue a tourné. Et le cardinal est aujourd’hui réputé être dans les petits papiers du pape François.
 
Dès sa première conférence de presse, Mgr De Kesel a manifesté un tournant applaudi par les modernes et libéraux. Evoquant l’homosexualité, il a ainsi déclaré : « Il y a un besoin de respect et de vénération pour les gens qui sont homosexuels. L’Eglise a ses raisons pour ne pas appeler le mariage homosexuel, mariage. (…) Le respect de la personne (…) est toutefois une valeur importante de l’Evangile, mais aussi de la culture moderne. »
 

Le successeur de Mgr Léonard, mais plus encore du cardinal Danneels

 
Le nouveau primat, qui entrera en fonction le 12 décembre prochain, et qui est connu pour réfléchir à la question du célibat sacerdotal, a également évoqué la situation de l’Eglise : « Je suis profondément convaincu que l’Eglise est en crise. Mais, pour moi, le mot crise est un concept positif. C’est-à-dire que c’est un moment de changement. Il faut accepter la situation telle qu’elle est aujourd’hui et, à partir de là, construire un avenir nouveau. »
 
Et encore : « Etre croyant n’est plus un réflexe spontané, alors que l’Eglise était omniprésente jusqu’aux années 1950 et avait une forte influence et position », déclare-t-il en appelant à réfléchir sur la place de la religion dans la société laïque et pluraliste.
 
Une réflexion, pour laquelle il apporte déjà sa réponse : « Le pape François plaide aussi pour cela. Une Eglise qui reste ouverte et ne s’isole pas de la société. Une Eglise qui existe pour une conviction mais a également un grand respect pour ceux qui ne partagent pas son idéologie. »
 
« Avec vous je suis chrétien », porte sa devise épiscopale. Saint Augustin, à qui la citation est empruntée, serait sans doute étonné du développement qui peut en être fait aujourd’hui…
 

François le Luc