fbpx

Poutine signe l’intégration de l’Arménie au sein de l’EEU (Union économique eurasienne)

Poutine Armenie EEU
 
Le président russe Vladimir Poutine a signé hier une loi qui fera de l’Arménie un membre à part entière de l’Union économique eurasienne (EEU) dès le 2 janvier prochain. Une décision qui ajoute les 3 millions d’Arméniens aux 170 millions de consommateurs Russes, Biélorusses et Kazakhs.
 
L’accord passé stipule qu’en rejoignant l’EEU, l’Arménie rejoint également d’autres accords internationaux signés dans le cadre de l’Union douanière.
 
Cela signifie concrètement un alignement des droits de douane arméniens sur les réglementations de l’Organisation Mondiale du Commerce. Les droits de douane de l’EEU seront également révisés. Une période de un à huit ans est laissée à l’Arménie pour opérer ces changements.
 
Le président Serzh Sarksyan avait annoncé début septembre 2013 que l’Arménie voulait rejoindre son ancien allié soviétique plutôt que signer un accord de libre-échange avec l’Europe.
 
Les experts russes et arméniens saluent un accord bénéfique pour les deux pays.
 

Poutine et la géopolitique russe

 
Pour Poutine, la position géographique de l’Arménie, située entre l’Iran et la Russie crée un lien commercial important entre les deux pays qui ont récemment accéléré leurs échanges commerciaux. Les réserves alimentaires de l’Arménie devraient également arranger significativement la Russie, alors que son industrie alimentaire subit la grosse pression de l’embargo occidental.
 
Du côté arménien, c’est l’énergie russe qui intéresse : le gaz sera importé à son ancien prix. L’Arménie pourra également importer du pétrole 30% moins cher et acquérir des armes aux prix russes.
 

L’Arménie est-elle prête à rejoindre l’EEU ?

 
Mariam Voskasian, professeur adjoint d’économie à l’Université russo-américaine ajoute une note moins optimiste. Il estime que l’entrée dans l’EEU sera une épreuve pour l’Arménie, dont la croissance stagne depuis cinq ans et qui ne serait pas encore prête à une intégration totale, ayant subi de plein fouet la crise économique russe.