fbpx

L’ancien président tchèque Vaclav Klaus dénonce le suicide migratoire de l’Europe

Président tchèque Vaclav Klaus suicide migratoire Europe
 
Répondant à la critique émise par le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, vis-à-vis des pays de l’est de l’Europe qui se refusent à accueillir certains quotas de migrants, l’ancien président de la République tchèque, Vaclav Klaus, a dénoncé cette espèce de suicide migratoire que constitue, pour les pays européens cet accueil, obligatoire et continuel, de ce que Michel Rocard appelait déjà « toute la misère du monde ».
 
Un « suicide ». C’est effectivement en termes forts que Vaclav Klaus, l’ancien président tchèque connu notamment pour son euroscepticisme, a répondu au ministre français des Affaires étrangères. Il est vrai que, une fois n’est pas coutume, Laurent Fabius se mêlait de ce qui ne le regarde pas. Mais, malheureusement, les hommes politiques français sont devenus coutumiers du fait. C’est tellement plus facile de critiquer ce qui se fait chez les autres, plutôt que de régler la chienlit chez soi !
 

L’ancien président tchèque dénonce le suicide migratoire de l’Europe

 
On comprend, dès lors, la réaction assez vive de l’ancien président. « Les déclarations du ministre français des Affaires étrangères et d’un grand nombre d’autres politiciens ont attiré mon attention et m’ont irrité, a-t-il déclaré. Si l’Europe veut se suicider en recevant un nombre illimité de migrants, qu’elle le fasse, mais sans notre consentement. Nous devons opposer un “non” résolu. En attendant que l’Europe aie le courage de dire que l’immigration n’est pas un droit de l’homme, le temps passe et la situation devient toujours plus menaçante. Le mode de pensée (de l’Union européenne) doit changer. »
 
Dénonçant, au passage, le lancement d’une pétition « contre la xénophobie » par des scientifiques tchèques, Vaclav Klaus a précisé qu’il s’agissait d’un « groupe d’agitateurs politiques qui abusent de leurs titres universitaires ».
 

La pensée énergique de Vaclav Klaus

 
Si la République tchèque n’est pas le pays le plus concerné par la question des migrants, elle n’en est pas moins un pays de transit vers l’Europe de l’Ouest. Avec les problèmes qui s’en peuvent suivre. Dans la nuit de lundi à mardi, la police tchèque a ainsi interpellé dans le sud-est du pays 214 migrants, pour la plupart Syriens, voyageant dans des trains en provenance de Hongrie et d’Autriche.
 
Et, de fait, lorsque l’on voit les difficultés auxquelles la Hongrie, par exemple, et puisqu’il en est question, doit faire face, on comprend que, à Prague, les autorités politiques se montrent prudentes vis-à-vis de ces mouvements migratoires.
 

François le Luc