fbpx

Royaume-Uni : en finir avec les arrestations d’enfants par la police

Royaume-Uni finir arrestations enfants police
 
L’organisme d’inspection des forces de police de Sa Majesté britannique, Her Majesty’s Inspectorate of Constabulary (HMIC), vient de mettre en garde contre la multiplication des arrestations de mineurs et même d’enfants pour des disputes sans importances. Si la police intervient trop au Royaume-Uni, c’est entre autres parce que les parents ne le font pas assez : nombre d’entre eux sont démissionnaires, trop faibles pour discipliner leurs enfants.
 

En finir avec les arrestations – mais pas avec la mainmise de la collectivité

 
HMIC pointe ainsi un cas emblématique : l’arrestation d’une jeune fille qui se battait avec sa sœur à propos de la télécommande de la télévision. Il rapporte également les cas d’un garçon de 17 ans détenu pour avoir poussé son beau-père et endommagé une clôture, et d’un gamin de 13 ans gardé à vue pendant 10 heures après s’être battu avec sa petite sœur.
 
Il est grand temps que la police travaille avec des organismes de protection de l’enfance pour « éloigner les enfants de la détention », assure la HMIC, qui préconise de nouvelles stratégies destinées à former les « personnels en première ligne à gérer le comportement des enfants sur lesquels veille l’autorité locale afin que la détention soit un dernier recours ».
 

Les enfants livrés à la police – ou aux autorités locales

 
Cette recommandation est extraordinaire. Elle désigne les « autorités locales » et donc la collectivité, les pouvoirs publics en définitive, comme chargés de « veiller » sur les enfants et de pourvoir à leur éducation et à leur discipline. A elles de « gérer le comportement des enfants » : donc de les élever et de leur apprendre à vivre en société. A elles d’intervenir. A elles de se substituer aux parents…
 
On peut bien sûr dénoncer en premier lieu la démission des parents, responsables dans une certaine mesure de leur dépossession de leurs droits. Mais la situation résulte aussi de choix délibérément posés par les autorités publiques : ainsi le HMIC met-il en cause les « politiques et objectifs d’arrestations » en matière de « violences domestiques », directement responsables des arrestations d’enfants et d’autres ingérences aberrantes dans la vie familiale.
 

Totalitarisme : l’exemple du Royaume-Uni

 
Familles éclatées, pertes de repères éducatifs, absence du père sont à la racine des problèmes de discipline. Tout ce contexte a été voulu et à tout le moins facilité par le démantèlement de l’autorité du père et des parents. Une situation rêvée pour les pays de plus en plus totalitaires qui se heurtent en premier lieu au pouvoir des familles, seul vrai rempart à la tyrannie. Tout ce contexte mis en place, on peut discuter sur la manière de traiter les enfants : les emprisonner ou les faire « gérer » par la collectivité : la partie est déjà gagnée.