fbpx

Ségolène Royal : accord entre les ministères de l’Ecologie et de la Défense sur l’implantation d’éoliennes

Ségolène Royal - accord entre les ministères de l’Ecologie et de la Défense sur l’implantation d’éoliennes
 
Le ministre de l’Ecologie Ségolène Royal vient d’annoncer que les ministères de l’Ecologie et de la Défense ont finalement réussi à se mettre d’accord sur le développement en France des parcs d’éoliennes terrestres, dont le rythme d’implantation suscitait des craintes parmi les militaires et notamment au sein de l’armée de l’air. Les éoliennes sont en effet susceptibles d’induire en erreur les radars militaires ou météorologiques et leur multiplication est un vrai danger pour les pilotes des avions de chasse français. En même temps, Mme Royal compte revaloriser le tarif de rachat obligatoire de l’énergie éolienne et photovoltaïque.
 

La Défense et l’Ecologie s’entendent pour le développement des éoliennes

 
En septembre dernier, la Fédération France Eolienne estimait que près de 6.000 mégawatts de projets avaient été bloqués ces dernières années pour incompatibilité de leur implantation avec les zones d’entraînements ou à cause des radars militaires.
 
Un accord de compromis a finalement été conclu, au détriment des marges de manœuvre de l’armée de l’air : les zones de survol à très basse altitude seront réduites de 18 % tandis que celles d’entraînement le seront de 11 %. Ségolène Royal a également annoncé, jeudi, lors de son intervention au colloque du Syndicat des énergies renouvelables qu’un amendement serait déposé au Sénat pour « clarifier les zonages autour des radars ».
 

Ségolène Royal annonce une revalorisation du tarif de l’électricité photovoltaïque

 
Mais Ségolène Royal a également annoncé que le gouvernement étudiait une revalorisation du tarif de rachat de l’électricité solaire produite par des installations photovoltaïques.
 
Elle avait déjà rendu un rapport en ce sens fin janvier, dans lequel elle proposait que le système actuel des tarifs d’achat soit remplacé par un dispositif de vente sur le marché, assorti d’une prime variable : l’électricité produite par les fermes solaires ou les éoliennes ne serait plus vendue à EDF à un tarif fixe pendant quinze ou vingt ans (comme aujourd’hui), mais serait cédée sur le marché, et assortie d’une prime calculée par différence entre le prix moyen de l’électricité sur le marché et un prix cible maximal.
 
Cette proposition de loi sur la transition énergétique est actuellement en examen au Sénat.