fbpx

Drame historique
Stefan Zweig : adieu l’Europe ♥♥


 
Stefan Zweig : adieu l’Europe entend rendre un vibrant hommage au grand écrivain et essayiste juif autrichien Stefan Zweig (1881-1942), décédé en exil au Brésil en 1942. Le film évoque ses pérégrinations en Amérique, de l’Argentine aux Etats-Unis, de 1936 à 1942. Il a assisté, en tant qu’invité-vedette, à des congrès internationaux d’écrivains. Il est intervenu régulièrement en faveur d’exilés en réelles difficultés dans le Nouveau Monde, ce qui n’était pas son cas. Ces multiples interventions avec contreparties – des réceptions devenues inévitables après un service rendu, et souvent interminables – l’ont certainement fatigué au fil des ans. Ceci se conçoit, mais il a toujours agi en ce sens. Il a soutenu surtout des Juifs exilés d’Europe, des réfugiés parfaitement authentiques à cette époque.
 
Stefan Zweig a aussi durant ces années chanté les louanges de son pays d’accueil le Brésil. Cet éloge comporte une forte part d’idéalisation, sinon de franche naïveté ; mais un immigré très reconnaissant à son pays d’accueil ne peut qu’attirer la sympathie, contrairement à tant de comportements actuels. Stefan Zweig, bien qu’hostile pour des raisons évidentes au national-socialisme alors au pouvoir à Berlin, et étendant progressivement sa domination sur l’Europe, a aussi voulu éviter les embrigadements politiques simplistes. Selon lui, la résistance des Juifs à l’antisémitisme devait tenir au témoignage de leurs contributions effectives, éminentes et positives, aux Arts et aux Sciences, et non opposer de façon simpliste des slogans à des slogans, et des anathèmes à des anathèmes. De même, il avait aussi osé déclarer qu’il était particulièrement facile de faire de grandes déclarations virulentes de résistance intransigeante à des milliers et des milliers de kilomètres du danger. Cette intelligence lucide tranche avec le monolithisme simpliste d’usage sur ce type de sujet. Elle a été honnêtement rendue dans le film.
 

Stefan Zweig : adieu l’Europe aborde avec tact et respect le drame de l’auteur

 
La reconstitution de l’époque, du contexte, séduisent aussi. Le spectateur français peut même être saisi d’une certaine nostalgie en constatant que tous les hommes cultivés d’Europe et d’Amérique Latine conversaient évidemment, et facilement, en français dans les années 1930-1940. Cette époque est hélas bien définitivement révolue.
 
Stefan Zweig : adieu l’Europe évoque aussi, de façon subtile, car la conclusion – le célèbre suicide – a surpris jusqu’à ses proches, le drame personnel de l’homme Stefan Zweig. Il a souffert durant des années d’une discrète mais réelle dépression, drame abordé avec tact et respect.
 

Hector JOVIEN

 
Stefan Zweig adieu Europe Drame historique film