fbpx

La propagande de la Commission européenne pour lutter contre l’opposition grandissante au traité transatlantique (TAFTA – TTIP)

traité transatlantique TTIP TAFTA commission européenne propagande
 
« Je n’ai toujours aucune idée de ce qu’est le TTIP après avoir regardé cette vidéo… Pure propagande » : tel est l’un des commentaires figurant sous les vidéos postées sur YouTube par la Commission européenne pour défendre le traité transatlantique (TAFTA, ou TTIP), qui rencontre une hostilité croissante partout en Europe. Pour chaque vidéo de la Commission européenne qui vante les mérites d’un accord négocié dans le plus grand secret, des dizaines d’internautes mettent en gardent contre les conséquences terribles du traité transatlantique. Si l’adoption finale des traités de libre-échange ne fait guère de doute, la Commission européenne aura sans doute bien du mal à rencontrer l’assentiment des peuples. Aussi un phénomène émerge-t-il : les mondialistes se lancent désormais dans la propagande pour promouvoir leur idéologie de plus en plus massivement rejetée par les peuples.
 

La Commission européenne tente de lutter contre l’opposition grandissante au traité transatlantique

 
Au début de l’année 2013, le président américain Barack Obama appelait à un accord commercial entre les Etats-Unis et l’Union européenne : dès cet instant, Bruxelles voyait fleurir des tags « NO TAFTA, NO TTIP » dans ses rues. Plus de deux ans après, les graffitis sont toujours là, et l’opposition ne cesse de croître.
 
C’est la raison pour laquelle les bureaucrates bruxellois ont décidé de prendre les armes de leurs adversaires pour tenter de convaincre les peuples des bienfaits de ce traité transatlantique, dont les bénéfices sont tels que les négociations sont entourées d’un secret absolu.
 
« Nous savons très peu parler aux gens ordinaires », a commenté un officiel de l’Union européenne engagé dans l’équipe de communication pro-TAFTA de la Commission. L’aveu mérite d’être relevé mais pendant ce temps d’autres, qui savent parler aux « gens ordinaires », ont activement milité contre le traité transatlantique et recueilli les fruits de leur militantisme. 39 % des Allemands et 50 % des Français seulement sont favorables à cet accord, selon une récente étude de l’organisme de sondage américain Pew Research.
 

La propagande de la Commission européenne pour convaincre les opposants au TAFTA – TTIP

 
Alors l’Union européenne redouble d’efforts et utilise des prospectus, des fiches d’informations, des brochures et des vidéos pour « casser le mythe », sans convaincre grand monde pour l’instant.
 
Les critiques se focalisent sur l’appauvrissement de l’Europe, ou l’ouverture des règlementations en matière de sécurité ou d’environnement. Un groupe d’activistes européens intitulé « STOP TTIP », soutenu par l’extrême-gauche et les écologistes, a finalement été rejoint par un grand nombre d’Européens qui s’inquiètent des impacts d’un tel accord sur les emplois, la sécurité alimentaire ou le pouvoir des multinationales… La grogne s’amplifie.
 
Alors les officiels de Bruxelles parcourent l’Europe, rencontrent des étudiants pour leur dire tout le bien qu’il faut penser de cet accord. Ils reçoivent peu de soutien des gouvernements européens alors même que la Commission européenne attend d’eux, des parlements et des autorités des différents pays concernés qu’ils tentent de convaincre leurs citoyens.
 
Il sans doute trop tard pour s’opposer à cette nouvelle étape de l’intégration mondialiste : les moyens de l’Union européenne sont trop puissants et la propagande pourrait s’intensifier… Jusqu’à convaincre ? Est-ce encore nécessaire ? Nos démocraties avancées peuvent maintenant de passer de l’avis des peuples. Les Grecs nous n’ont récemment rappelé et les Français se souviennent avoir rejeté la Constitution européenne. Seul compte le discours médiatique qui reconstruit le réel et norme le politiquement correct.
 
En attendant, il faut noter qu’une propagande aussi manifeste pour l’idéologie mondialiste est un phénomène nouveau, qui pourrait rapidement devenir envahissant…
 

Béatrice Romée