fbpx

Un tribunal néerlandais condamne l’Etat à réduire ses émissions de gaz à effet de serre

Un tribunal néerlandais condamne l’Etat à réduire  ses émissions de gaz à effet de serre
 
C’est une première qui a évidemment réjoui les militants de l’étatisme : un tribunal néerlandais a condamné, mercredi dernier, l’Etat néerlandais à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 25 % en 2020, en partant des taux mesurés en 1990.
 
C’est un tribunal de La Haye qui a répondu favorablement à la plainte de 900 citoyens néerlandais représentés par la Fondation environnementaliste Urgenda, pour défier leur gouvernement devant la justice et l’obliger à lutter contre le réchauffement climatique. Pour ce faire, les plaignants ont qualifié le réchauffement climatique de plus de deux degrés Celsius de « violation des droits de l’Homme ».
 
Pour des écolos prétendument respectueux de la nature, c’est assez paradoxal d’oublier les changements de climats et de températures qui ont eu lieu dans l’histoire sans le moindre égard pour les « droits de l’homme »…
 

L’Etat condamné à réduire émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020

 
Le tribunal s’est donc prononcé, affirmant « la gravité et l’ampleur du problème climatique » qui rendraient « nécessaire » la pris de mesures pour réduire ces émissions de gaz à effet de serre.
 
Actuellement, les Pays-Bas mènent une politique qui devrait aboutir à une réduction de 17 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020. Cela reste en deçà de la norme fixée par les scientifiques et par les politiques au niveau supranational. Ces derniers estiment que les pays industrialisés doivent viser une réduction de 25 à 40 % en 2020.
 
Le jugement néerlandais constitue une première : l’ONG affirme qu’il marque la première fois où des citoyens réunis autour d’une association réussissent à faire condamner leur Etat pour son inaction climatique.
 
Cette décision intervient seulement quelques mois avant le somment international sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre, et pendant lequel les adeptes du réchauffement espèrent parvenir à un accord universel sur le climat.
 
En vue de ce rassemblement, les Etats ont été invités à publier leurs engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
 

Les activistes néerlandais heureux de la décision du tribunal, prise à l’encontre de la science et de la démocratie

 
Et les activistes néerlandais de se réjouir : leur victoire pourrait donner des idées aux militants d’autres pays du monde… Le gouvernement néerlandais ne s’est d’ailleurs pas offusqué de la décision puisque le ministre de l’environnement, Wilma Mansveld a affirmé que le gouvernement et l’association Urgenda « partagent le même but. Nous avons simplement des avis différents sur la manière d’y parvenir ».
 
Et qu’importe si l’on fait dire à la science ce qu’elle ne montre pas. Personne n’était là pour rappeler les paroles de multiples scientifiques qui affirment désormais que la responsabilité humaine dans ce réchauffement climatique est un mythe.
 
900 personnes gavées de doxa climatique et manipulées par une ONG aux objectifs très précis ont permis ce gros coup médiatique qui tente de faire oublier que le procédé est parfaitement anti-démocratique.
 
Le peuple choisit les parlementaires pour le représenter et non les juges. Mais ce sont des juges qui finissent par dicter au gouvernement sa conduite, sous la pression de quelque 900 personnes manipulées par les institutions internationales et les politiques qui ont défini il y a quelques décennies l’idéologie écologique.
 
Qui peut encore parler de démocratie là où il n’y a, objectivement, plus qu’une république des juges ?
 

Béatrice Romée