300 scientifiques demandent à la NOAA de ne plus truquer les chiffres du réchauffement climatique

300 scientifiques NOAA truquer chiffres réchauffement climatique

Trucage de la température et notamment mensonge par omission.


 
Quelque 300 scientifiques – ingénieurs, économistes et autres experts – ont écrit au président du Comité pour la science du Congrès américain afin de l’avertir d’une possible infraction commise par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) au regard des lois fédérales. Ils pointent la publication d’une étude datant de 2015, qui visait à faire disparaître des relevés de température permettent d’observer la pause du réchauffement climatique. Selon eux, la NOAA n’a observé ni les directives de l’OMB (Office of Management and Budget) relatives à la qualité des données, ni même ses propres critères.
 
Les directives en question obligent toute agence gouvernementale, la NOAA y compris, à « garantir et à maximiser la qualité, l’objectivité, l’utilité et l’honnêteté des informations, y compris statistiques ». Or, la NOAA est déjà sous le coup d’une enquête depuis l’été dernier, visant des allégations de soutien au programme politique de Barack Obama. Cette fois, il s’agit d’examiner le trucage des relevés historiques de température en vue de les faire s’accorder avec la théorie du réchauffement climatique.
 

La NOAA accusée de truquer les chiffres du réchauffement climatique

 
La controverse sur le réchauffement climatique est au cœur de cette affaire. Les scientifiques de la NOAA ont en effet trouvé le moyen de camoufler la pause du réchauffement observée sur la période 1998 et 2012, de manière à faire apparaître deux fois plus de réchauffement que selon l’ancienne échelle. Ils ont « ajusté » à la hausse les relevés de température réalisés au niveau des entrées d’air des moteurs de bateau.
 
Les éminents climatologues Patrick Michaels et Richard S. Lindzen ont fait remarquer que ces relevés étaient manifestement pollués par la conduction thermique de la structure de mesure elle-même, ce qui les rendait impropres à tout usage scientifique. Pour autant, la NOAA les a utilisés, les ajustements effectués laissant apparaître que les périodes passées étaient plus froides, accentuant la courbe de l’élévation des températures, comme le soulignent l’expert du climat Bob Tisdale et le météorologiste Anthony Watts.
 

300 scientifiques pour la vérité sur le réchauffement climatique

 
Les signataires de la lettre adressée au président du Comité, Lamar Smith, comptent d’éminents spécialistes. Au nombre de ceux-ci, l’on compte 150 détenteurs d’un doctorat universitaire dans un domaine lié au sujet, 25 spécialistes du climat et de l’atmosphère, 23 géologues, 18 météorologues, 51 ingénieurs, 74 physiciens, 20 chimistes et 12 économistes. Sans compter un prix Nobel de physique et deux astronautes. Ce qui fait dire à Lamar Smith : « Cette lettre montre que plusieurs centaines de scientifiques et d’experts réputés sont d’accord pour reconnaître que les efforts de la NOAA pour modifier les données historiques de température méritent d’être examinés sérieusement. »
 

Nicklas Pélès de Saint Phalle