fbpx

De l’affaire Alfie Evans au lobby LGBT : le juge Anthony Hayden qui refuse son transfert est un activiste pro-gay

Alfie Evans juge Anthony Hayden lobby LGBT activiste pro gay
 
Le juge Anthony Paul Hayden qui a rendu plusieurs décisions de mort dans l’affaire Alfie Evans fait partie d’une association judiciaire pro-LGBT, et il est également le coauteur d’un manuel juridique sur les enfants des couples de même sexe. L’histoire ne dit pas s’il est également franc-maçon, mais il est à l’évidence l’homme de la situation, le magistrat qu’il fallait pour aider la culture de mort à faire sa mue en dictature de la culture de mort.
 
En tant que membre du BLAGG (Bar Lesbian and Gay Group : groupe lesbien et gay du barreau), Anthony Paul Hayden fait partie de ces juristes qui soutiennent les « lesbiennes, hommes gays, bisexuels et personnes transgenres à tous les niveaux » des professions judiciaires. BLAGG s’est ainsi réjoui de sa nomination en tant que juge de la Haute Cour de Manchester en 2013, avec une spécialisation dans les affaires familiales. Le 23 novembre 2016, le juge Hayden prenait la parole aux côtés des responsables de cette association pour une soirée de « réseautage » à laquelle étaient invités les « membres LGBT » et autres professionnels du barreau.
 
Avec les cas médicaux relatifs aux adultes vulnérables, ce sont les cas impliquant des enfants – particulièrement sur le plan des libertés civiles – qui l’intéressent au plus haut point.
 

Le juge Anthony Paul Hayden qui a décrété la mort d’Alfie Evans est un activiste pro-gay

 
Après une carrière d’avocat – style ténor du barreau – et sa nomination par la reine comme haut magistrat, il a été fait chevalier par Sa Majesté comme le précise une note officielle du Premier ministre datée du 8 octobre 2013.
 
Dans le livre qu’il a cosigné avec quatre autres auteurs, le juge Anthony Paul Hayden s’intéresse à tous les aspects de l’homoparentalité, avec des conseils spécifiques, notamment pour ceux qui veulent avoir recours à une mère porteuse (la GPA) rémunérée, pratique interdite au Royaume-Uni où la gestation pour autrui est autorisée dans la mesure où elle est gratuite seulement. On trouve ainsi toutes sortes d’indications sur la manière de réaliser une GPA commerciale à l’étranger : chose possible si on arrive à démontrer qu’on a défrayé l’intéressée des dépenses encourues (ou le manque à gagner professionnel ?).
 
Le même livre s’attarde sur l’idée de la disparition de la « vieille présomption » selon laquelle le parent biologique est automatiquement le parent légal.
 
Bref, une approche totalement révolutionnaire visant à faire exploser le modèle familial traditionnel ; d’ailleurs le juge Hayden évoque dans la préface de l’ouvrage « le concept en perpétuelle évolution de la famille ». « Nous faisons plus attention à notre manière de parler aujourd’hui », ajoute-t-il, faisant référence à la série de lois de non-discrimination adoptée au Royaume-Uni : « Elles fournissent le cadre d’une société beaucoup plus juste pour l’avenir où les options pour les enfants seront étendues, en les maintenant au centre du processus légal. » C’est un livre qui n’aurait pas pu être écrit il y a 20 ou même 10 ans, note un chroniqueur. En effet…
 
On comprend mieux l’irritation du juge lorsque l’avocat de Tom Evans, Paul Diamond, évoquait mardi des questions de « civilisation » pour réclamer le droit des parents de prendre les décisions médicales pour leurs enfants.
 

Un juge pour le lobby LGBT

 
Pour ce qui est de la possible franc-maçonnerie du juge, on se bornera à la conjecture. Depuis 2009, au Royaume-Uni, les juges n’ont plus l’obligation de déclarer s’ils font partie de cette société secrète. C’est la date à laquelle le Secrétaire à la justice d’alors, Jack Straw, mettait fin à une règle qu’il avait lui-même introduite 11 ans plus tôt en tant que ministre de l’Intérieur obligeant les membres « de sociétés secrètes comme la franc-maçonnerie » à se manifester, parce que cette appartenance pouvait faire naître des soupçons quant à leur impartialité et leur objectivité.
 
C’est sous la pression de l’United Grand Lodge of England que Jack Straw est revenu sur cette exigence en 2009, après que ladite loge eut menacé d’engager des poursuites à la faveur d’une récente décision de la Cour européenne des droits de l’homme. C’est en 2007 que la CEDH avait donné raison à des maçons italiens voulant faire connaître que l’obligation pour un fonctionnaire de déclarer son appartenance à la franc-maçonnerie portait atteinte à son droit à la libre association et constituait une discrimination.
 
Justifiant sa décision de 2009, Jack Straw affirmait qu’une enquête avait révélé qu’on n’avait trouvé aucun élément indiquant qu’il y eût des « irrégularités ou des fautes professionnelles » liées à l’appartenance d’un juge à la franc-maçonnerie et que le maintien de la règle serait « disproportionné ».
 
De toute façon il est aujourd’hui possible, comme le montre le cas du juge Hayden, d’être magistrat et d’afficher ses préférences pour la défense de l’idéologie LGBT et de la redéfinition (ou plutôt, la dénaturation) de la famille.
 

Retrait de l’alimentation à une personne en état de conscience minimale

 
En novembre 2017, signale Claire Chretien de LifeSiteNews, le juge Hayden a rendu une décision ordonnant que l’alimentation et l’hydratation d’une femme de 72 ans en état de conscience minimale à la suite d’une rupture d’anévrisme due à une chute soient retirées, parce qu’elle aurait trouvé sa situation « non seulement intolérable mais humiliante ». En cette occurrence, l’hôpital voulait continuer de la nourrir par le biais d’une sonde nasogastrique qu’elle avait arrachée une cinquantaine de fois ; sa fille était favorable à l’arrêt de l’alimentation pour la faire mourir et le juge a retenu un courriel de la dame, envoyé en 2013, où elle évoquait son désir de ne pas vivre si elle se trouvait gravement handicapée.
 
Pour la petite histoire, le juge Hayden a reçu entre 2005 et 2006, alors qu’il était encore avocat, l’équivalent de près de 350.000 euros bruts au titre de l’aide juridictionnelle pour des affaires concernant des enfants, faisant ainsi partie des 10 avocats ayant sur cet exercice perçu les plus fortes sommes sur les deniers publics.
 

Jeanne Smits