fbpx

Le cardinal Schönborn célèbre la Journée mondiale du sida dans sa cathédrale en compagnie du leader LGBT du Life Ball et de Conchita Wurst

cardinal Schönborn Journée mondiale sida LGBT Life Ball Conchita Wurst
 
Le cardinal Christoph Schönborn a ouvert sa cathédrale Saint-Etienne à des militants homosexuels ou transsexuels connus, le 1er décembre dernier, à l’occasion de la journée mondiale du sida. La célébration liturgique œcuménique s’est ouverte par l’accueil du militant homosexuel Gerry Keszler à la porte de la cathédrale par le cardinal autrichien lui-même qui a ensuite, depuis l’autel, prononcer un discours de bienvenue à l’activiste et à tous ceux qui avec lui organisent le Life Ball de Vienne. Le leader LGBT n’a pas été le seul à avoir un rôle de premier plan : portant barbe et cheveux longs, visage efféminé, Conchita Wurst a proposé une intention de prière…
 

Le cardinal Schönborn ouvre les portes de sa cathédrale à Gerry Keszler et à Conchita Wurst

 
Le Life Ball, plus grand événement caritatif mondial pour les victimes du sida et les séropositifs se tient tous les ans à Vienne « sous le signe de la solidarité et de la tolérance ». Le 10 juin 2017, il s’accompagnait d’une « afterparty » en boîte de nuit. Les participants à l’événement rivalisent d’inventivité pour les tenues – travestis, drag queens, diables sont les bienvenus – selon une tradition instituée lors de la création de Life Ball par un petit groupe de gays. D’ailleurs, devant le succès de l’événement chez les hétéros, un quota des billets, dont le nombre est strictement limité à 3.780, est réservé aux gays et lesbiennes.
 

La Journée mondiale du sida en la cathédrale de Vienne en compagnie des LGBT du Life Ball

 
Au moment de la « prière universelle » au cours de cette liturgie, en pleine cathédrale, c’est le « transformiste » Thomas Neuwirth, mieux connu sous son nom de scène de Conchita Wurst, qui a dénoncé la persécution de ceux qui « vivent leur identité différente ».
 
Toujours sous le regard bienveillant du cardinal, au cœur de sa sainte cathédrale, Keszler a déclaré à la fin de la cérémonie : « Peu importe qui tu aimes ou ce que tu crois. »
 
Le cardinal Schönborn l’a remercié de ses paroles.
 
Lui-même avait déclaré : « Dieu ne veut pas juger les gens, mais les sauver. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Ne pas juger, ne pas exclure, ne pas donner de leçons. Si la société fait cela elle peut changer en profondeur », a-t-il dit.
 

Jeanne Smits