fbpx

Human Rights Watch (HRW) dénonce la collecte massive de données vocales par iFlytek pour le régime communiste en Chine

collecte données vocales communiste Chine iFlytek Human Rights Watch HRW
 
Elargissant le champ des données biométriques classiques déjà récoltées en masse, le gouvernement communiste de Chine bâtit une banque de données vocales. L’organisation de défense des droits Human Rights Watch (HRW), basée à New York, indique qu’en collaboration avec iFlytek, entreprise chinoise qui produit 80 % des logiciels de reconnaissance vocale dans le pays, les autorités de Pékin développent un système qui peut identifier les voix dans un échange téléphonique. HRW a interrogé iFlytek le 2 août sur ses relations avec le ministère de la Sécurité Publique, sur son système de reconnaissance et de surveillance vocales, et sur l’existence d’une charte de respect des droits. iFlytek n’a pas répondu.
 

La technologie d’iFlytek a collecté « des dizaines de milliers de voix », dit Sophie Richardson

 
Pourtant, grâce à iFlytek, la menace d’une société de surveillance généralisée est plus élevée que jamais. « Le gouvernement chinois a collecté des échantillons de voix de dizaines de milliers de personnes, sans publier de réglementation indiquant qui peut être visé ou la façon dont ces informations vont être utilisées », dénonce Sophie Richardson, directeur de HRW pour la Chine, « or les autorités peuvent facilement abuser de ces données dans un pays qui a une longue histoire de répression des opposants ».
 
Depuis 2015 dans le site pilote de la province d’Anhui, la police a récolté 70.000 échantillons de voix. Un nouveau pas dans ce pays qui a déjà bâti de vastes bases de données biométriques : la police dispose d’un milliard de visages et de 40 millions d’échantillons ADN. La création d’une base vocale permettra de constituer un portait biométrique « multimodal » : les voix seront corrélées à d’autres données biométriques et personnelles, parmi lesquelles l’ethnie, l’adresse, voire les réservations d’hôtels. La surveillance totale.
 

Human Rights Watch s’inquiète de la collecte massive de données vocales par la Chine communiste– à l’insu de ses cibles

 
Dans le cas de données vocales, contrairement à d’autres catégories d’éléments biométriques tels que les empreintes digitales, les prélèvements d’ADN ou urinaires, les personnes ne peuvent même pas savoir que leurs échantillons de voix ont été capturés. Il s’agit donc d’une technique totalitaire, les autorités agissant de façon secrète et unilatérale. Aucun document officiel ne justifie la création ou l’usage de telles bases de données vocales. Seules des publications de scientifiques impliqués dans leur développement indiquent que leur objectif consiste à identifier le locuteur par des éléments vocaux enregistrés lors d’une enquête criminelle. Un logiciel d’intelligence artificielle (AI), intitulé Reconnaissance automatique du locuteur (ASR), permet l’identification. Cet ASR a été utilisé dans le cadre d’enquêtes sur des fraudes aux télécommunications, des trafics de drogue, des enlèvements et des chantages. Selon des articles, il sera utilisé contre le terrorisme et, plus inquiétant, dans le cadre des « opérations de stabilisation » – la répression des oppositions pacifiques.
 

HRW relève des cas de « blogueurs condamnés pour avoir exprimé calmement leurs idées »

 
« On a rapporté des cas dans lesquels des militants et des blogueurs ont été condamnés pour avoir simplement exprimé calmement leurs idées par des moyens de communication, parmi lesquels des médias sociaux comme WeChat », note HRW.
 
Se méfiant des stratégies de contournement, les autorités imposent l’enregistrement sous le vrai nom dans de nombreux services, tels que l’achat de cartes SIM. On cite des cas d’opposants interpellés alors qu’ils voyageaient par le train pour ne pas l’avoir fait.
 
HRW relève que la collecte de données biométriques n’est pas illégale en soi.
 
Mais pour respecter la Convention des droits civils et politiques, que la Chine a signée mais pas encore ratifiée, tout organisme de collecte, de conservation et d’utilisation de données biométriques doit être soumis à une réglementation exhaustive, et se voir définir des objectifs précis, nécessaires et proportionnés aux objectifs légitimes de sécurité.
 

HRW montre comment iFlytek est au service du régime communiste en Chine

 
Le drame de la Chine est de voir la sécurité d’un parti ou d’une caste assimilée à celle de toute une nation. Pékin « doit arrêter de collecter des données biométriques hautement sensibles jusqu’à ce que des protections légales soient établies et assurées », explique Sophie Richardson.
 
HRW relève enfin la responsabilité des géants de l’Intelligence artificielle (AI) : « Les entreprises de technologie ont une responsabilité en matière des droits, elles doivent s’assurer que leurs produits et services ne servent pas à les enfreindre ». iFlytek, liée à l’Université de Tsinghua et basée dans la province-test d’Anhui, est un major de l’AI spécialisée dans la reconnaissance vocale. Sur son site, elle expose ses liens avec le ministère de la Sécurité publique, en particulier dans le cadre d’enquêtes dans l’Anhui, le Gansu, et dans les régions « sensibles » du Tibet (bouddhiste) et du Xinjiang (musulmane). Son système inclut des identifications par « mots-clés ». Il peut être utilisé dans les télécommunications et sur internet pour « contrôler l’opinion publique ». iFlytek offre aussi un large éventail d’applications commerciales, incluant une assistance vocale pour Android en Chine.
 

Le PDG de iFlytek, Liu Qingfeng, est député à l’Assemblée nationale populaire…

 
Son PDG, Liu Qingfeng, député à l’Assemblée nationale populaire, le « parlement » chinois, plaidait en 2014 pour l’usage « du big data dans le contre-terrorisme, avec accélération de la création d’une banque de donnée vocale pour protéger la sécurité nationale ».
 
Notons que d’autres pays ont utilisé des logiciels de données vocales : les Etats-Unis pour contrôler les appels en prison ; l’Australie pour vérifier l’identité des interlocuteurs des services sociaux ; l’Espagne, dont la police détient 3.500 échantillons de voix de condamnés. HRW met par ailleurs en garde contre le transfert d’échantillons de voix recueillis dans le cadre d’actions commerciales vers des usages de surveillance. Mais comme l’outil crée l’usage, la dérive paraît plus menaçante que jamais. La mondialisation technologique est un communisme par d’autres moyens.
 

Matthieu Lenoir