fbpx

Comment le bostryche typographe est en train de détruire la forêt de Białowieża en Pologne avec le soutien des écologistes et de la Commission européenne

écologistes Commission européenne Forêt Białowieża Pologne
 
Le bostryche typographe est un coléoptère qui colonise les forêts d’épicéas, un arbre très présent dans la magnifique forêt de Białowieża en Pologne. Les écologistes considèrent qu’il s’agit d’une forêt primitive à laquelle il ne faut surtout pas toucher, tandis que les services forestiers et les habitants parlent d’une forêt naturelle, puisque l’homme y est présent depuis des siècles même si ses ingérences y ont toujours été limitées. Pour les forestiers, le bostryche typographe n’est pas un problème en soi, mais la vague de colonisation actuelle par cet insecte destructeur d’épicéas est la plus importante depuis près d’un siècle. Le moyen de lutte le plus efficace, c’est d’abattre et évacuer les arbres morts ou infectés, car ce coléoptère est capable de tuer un arbre en un mois et un arbre tué, c’est une trentaine d’autres infectés après lui. Jusqu’en 2011, les services forestiers de la forêt de Białowieża expliquent qu’ils n’avaient aucun problème à gérer le problème du bostryche typographe. C’est l’entrée en vigueur du nouveau plan de gestion des forêts en 2012, sous le gouvernement de Donald Tusk, qui a tout changé. Sous la pression des ONG écologistes, le ministère de l’Environnement a en effet réduit de manière drastique la quantité d’arbres qu’il était possible d’abattre et il a étendu les zones protégées d’où il était désormais interdit de dégager les arbres infectés. Pour couronner le tout, la forêt de Białowieża est inscrite sur la liste des Zones de Protection Spéciale (ZPS) Natura 2000, d’intérêt communautaire, et la Commission européenne se considère donc en droit d’intervenir pour y empêcher tout abattage d’arbre comme le demandent les écologistes depuis 2007.
 

Sans l’action des écologistes, il aurait suffi d’abattre quelques dizaines d’arbres seulement dans la forêt de Białowieża.

 
C’est en effet en 2007qu’un garde-forestier local a identifié 29 épicéas infectés par le bostryche typographe en demandant au Conservateur régional de la Nature l’autorisation de les faire abattre et évacuer rapidement. Une demande à laquelle s’est opposée la branche locale d’une organisation de gentils écolos défendant le droit à la vie des coléoptères. Leur opposition a si bien fait durer les choses, qu’en 2009 il n’y avait plus 29 arbres infectés mais 2.656. En 2014, la forêt de Białowieża a été inscrite sur la liste du Patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO. En avril 2017, les arbres infectés recensés étaient au nombre d’environ… 834.000, soit à peu près 8 % des arbres de la forêt de Białowieża. En mètres cubes, c’est un million de m³ de bois infecté pour seulement un peu plus de 160.000 m³ de bois évacué en raison des restrictions légales. L’origine de l’invasion actuelle et la responsabilité des écologistes est décrite ici sur un site par ailleurs profondément hostile au gouvernement du PiS.
 

La Commission européenne est intervenue, ajoutant la lutte contre le bostryche typographe à la liste de ses griefs contre la Pologne gouvernée par le PiS

 
Le ministère de l’Environnement actuel, Jan Szyszko (PiS), est partisan, comme les habitants et les forestiers, d’une politique d’abattage accru afin d’endiguer la progression du bostryche typographe, faute de quoi la forêt de Białowieża risque de se transformer en steppe pour de très longues années. Les écologistes et la Commission européenne exigent au contraire l’arrêt de toutes les coupes qui ne sont pas motivées par le souci de la sécurité des promeneurs (arbres atteints au bord des chemins). La Commission européenne a même porté l’affaire devant la Cour de Justice de l’UE qui a interdit à titre provisoire, en attendant de statuer sur le fond de l’affaire, toute « gestion forestière active » et donc toute coupe et toute évacuation des arbres hormis « pour assurer la sécurité publique ». Le bostryche typographe continue donc de proliférer dans la forêt de Białowieża. L’importance de l’invasion fait que même les arbres jeunes sont atteints. Avant l’arrêt de la Cour de Justice, depuis l’arrivée du PiS au pouvoir, les écolos multipliaient les actions pour empêcher l’abattage tandis que les habitants organisaient des contre-manifestations pour exiger que l’on sauve leur forêt.
 
Le Parlement européen s’est lui aussi saisi de la question dans sa résolution fourre-tout du 15 novembre sur la situation de l’état de droit et de la démocratie en Pologne, pour « mettre un terme à l’exploitation à grande échelle du bois dans la forêt de Białowieża ». En employant ces mots, les députés au Parlement européen ont une fois de plus démontré leur profonde ignorance, d’ailleurs bien naturelle, des problèmes locaux. Les écologistes donnent en exemple la forêt de Bavière, en Allemagne, qui subit le même type d’invasion du bostryche typographe et où les autorités ont décidé de ne pas intervenir. Sauf que pour permettre la pousse des jeunes arbres sur les terrains dévastés par le coléoptère, les Allemands sont maintenant obligés de tuer les cervidés, expliquent les forestiers polonais, et leur forêt ne repousse donc pas plus naturellement que s’ils avaient abattu et évacué les arbres infectés, elle met seulement plus longtemps à se régénérer.
 

La Commission européenne veut prendre les décisions mais pas la responsabilité

 
Le ministre Jan Szyszko, qui a le titre de professeur en sciences de la forêt, organisait le 4 décembre à Varsovie une conférence scientifique internationale consacrée à la gestion de l’invasion du bostryche typographe. Le problème, c’est que la Cour de Justice de l’UE a imposé une astreinte de 100.000 euros par jour en cas de coupes d’arbres dans la forêt de Białowieża. Quel que soit l’avis des experts de terrain, c’est donc à Bruxelles et à Luxembourg que se décidera l’avenir de ce joyau de la nature. Contrairement au gouvernement de Beata Szydło et à son ministre de l’Environnement, les commissaires de Bruxelles et les juges de Luxembourg, qui ne sont pas les mieux placés pour prendre les bonnes décisions concernant la forêt de Białowieża, n’auront de toute façon pas de comptes à rendre aux électeurs polonais si leur action y cause des dommages irréparables.
 

Olivier Bault