fbpx

Porte ouverte aux femmes prêtres ? Les jésuites proches du pape pour une révolution du sacerdoce

femmes prêtres jésuites pape révolution sacerdoce
 
Sandro Magister, le vaticaniste bien informé et attaché à l’intégrité de la doctrine catholique l’annonce : les dernières nouvelles de Sainte-Marthe sont inquiétantes, car la porte serait désormais ouverte aux femmes prêtres. Cette véritable révolution du sacerdoce est envisagée dans la revue La Civilta Cattolica, dirigée par un très proche ami du pape, le père jésuite Antonio Spadaro.
 
La porte serait même grande ouverte, malgré les assurances contraires du pape, qui a déclaré lors de son retour de Suède et des célébrations du cinq-centenaire de la révolte de Luther : « Pour ce qui est de l’ordination des femmes dans l’Eglise catholique, saint Jean-Paul II a eu le dernier mot, et il reste d’actualité ».
 
Dans la dernière livraison de La Civilta Cattolica, rapporte Sandro Magister, le rédacteur en chef délégué, le P. Giancarlo Pani conteste tranquillement cette parole définitive, comme le suggère déjà le titre de son article : « On ne peut pas simplement se référer au passé ». Et cela a plus d’importance qu’il n’y paraît, vu les liens entre Spadaro et le pape, et vu, surtout, le fait que la revue ne paraît jamais sans avoir été visée, jusqu’à la dernière ligne, par les services du Saint-Siège. Le P. Pani, quant à lui, est très proche de Spadaro.
 

Une révolution du sacerdoce prônée par des proches du pape

 
Dans Ordinatio Sacerdotalis, rappelle le P. Pani, Jean-Paul II affirmait de manière « définitive » que l’Eglise n’a aucune autorité « pour conférer l’ordination sacerdotale aux femmes ». La Congrégation pour la doctrine de la foi, interpellée peu après, confirmait que cela appartient au dépôt de la foi, vérité infaillible à laquelle tous les fidèles sont tenus d’adhérer.
 
L’article du P. Pani évoque ensuite les « difficultés » liées à cette réponse à travers les « tensions dans les relations entre le magistère et la théologie à propos des problèmes liés » : « Ceux-ci sont relatifs à la théologie fondamentale de l’infaillibilité. C’est la première fois dans l’histoire que la Congrégation a fait explicitement référence à la constitution Lumen Gentium n°25, qui proclame l’infaillibilité d’une doctrine enseignée comme liant définitivement les fidèles par les évêques dispersés à travers le monde, mais en communion à la fois entre eux et avec le successeur de Pierre. En outre, la question touche à la théologie des sacrements, parce qu’elle concerne le sujet du sacrement de l’ordre, qui traditionnellement est en effet l’homme, mais cela ne prend pas en compte les développements relatifs à la présence de la femme dans la famille dans la société au XXIe siècle. C’est une question de dignité ecclésiale, de responsabilité et de participation ».
 

Les jésuites de Civilta Cattolica envisagent les femmes prêtres

 
Il poursuit : « Le fait historique de l’exclusion de la femme du sacerdoce en raison de l’“impedimentum sexus” est indéniable. Néanmoins, dès 1948, est donc bien avant les des années 1960, le P. Congar avait souligné que “l’absence n’est pas un critère décisif permettant de conclure prudemment dans tous les cas que l’Eglise ne peut le faire et qu’elle ne fera jamais” ».
 
Et pour enfoncer le clou : « En outre, ajoute un autre théologien, le “consensus fidelium” vieux de nombreux siècles a été remis en question au XXe siècle, principalement en raison des profonds changements socioculturels concernant la femme. Cela n’aurait pas de sens de soutenir que l’Eglise doit changer simplement parce que les temps ont changé, mais il reste vrai que doctrine proposée par l’Eglise a besoin d’être comprise par l’intelligence qui croit. La dispute sur les femmes prêtres aurait trouvé son parallèle dans d’autres moments de l’histoire de l’Eglise ; en tous les cas, aujourd’hui, pour la question du sacerdoce des femmes, les “auctoritates”, présentation officielle du magistère, sont clairs, mais de nombreux catholiques trouvent difficile de comprendre les “rationes” qui, plutôt que des expressions de l’autorité, semblent relever de l’autoritarisme. Aujourd’hui, il y a un malaise parmi ceux qui ne parviennent pas à comprendre comment l’exclusion de la femme du ministère de l’Eglise peut coexister avec l’affirmation et l’appréciation de son égale dignité ».
 

Une porte ouverte au sacerdoce féminin, pour en finir avec l’infaillibilité

 
En invoquant des « problèmes » relatifs à l’infaillibilité, en présentant l’exclusion des femmes comme ayant des raisons ou en tout cas une réalité historique plus qu’autre chose, la revue des jésuites suggère que tout cela peut finalement être bouleversé. Et là encore, pour des raisons historiques : le nouveau rôle de la femme, qui ne se définit pas dans l’esprit du P. Pani au vu des changements apportés par le XXe siècle, mais par ceux du XXIe, sans doute pour dire que depuis Jean-Paul II, on est face à quelque chose de totalement nouveau.
 
Sans plaider ouvertement pour l’ordination des femmes, l’article de la Civilta Cattolica emploie un langage chargé : parler d’« autoritarisme » plutôt que de faire référence à tout l’enseignement profondément raisonné de l’Eglise, c’est un signe qui ne trompe pas. De même, le titre de l’article montre clairement la direction où l’on veut aller. Enfin, la remise en cause de l’infaillibilité et des certitudes théologiques montre que le bouleversé va sans doute beaucoup plus loin.
 
Le P. Pani précise d’ailleurs : « On ne peut pas toujours se référer au passé, comme si on ne pouvait trouver les indications de l’Esprit que dans le passé. Aujourd’hui aussi, l’Esprit guide l’Eglise et suggère la prise en compte courageuse de nouvelles perspectives ».
 
Il conclut en affirmant que le pape François est le premier « à ne pas se limiter à ce qui est déjà connu, en voulant creuser un champ complexe et important, de telle sorte que l’Esprit puisse être celui qui guide l’Eglise ».
 
Et tout cela, avec l’imprimatur du pape, observe Sandro Magister.
 

Anne Dolhein