fbpx

Vincent Lambert : Interview du Professeur Ducrocq après la décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH)


 

ENTRETIEN

 

Le conseiller médical de la famille Lambert … « ignoré » des médias…

 
Dans le cadre de « l’affaire » Vincent Lambert, Réinformation.TV vous propose cette interview exclusive avec une personnalité du monde médical, pratiquement ignorée des médias, en particulier des télévisions nationales, le Docteur Xavier Ducrocq. Il fait pourtant partie des experts qui ont été sollicités pour se prononcer sur le cas du patient. En dehors d’une tribune diffusée dans la presse écrite, Xavier Ducrocq, Professeur en neurologie, conseiller spécial de la famille de Vincent Lambert, n’a jamais été interviewé par la presse nationale, en dehors d’un soi-disant « rendez-vous » auquel le Professeur n’aurait pas répondu. Il avait été contacté par la rédaction de Canal Plus le midi … pour un plateau à Paris le soir. Xavier Ducrocq réside … à 350 km de la capitale. Canal Plus aurait présenté cet empêchement évident comme un « refus ».
 

Le Professeur Ducrocq revient sur la diffusion des images de Vincent après la décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH)

 
Dans cette interview de 12 minutes 40, le Professeur Ducrocq revient sur les raisons qui ont poussé la famille de Vincent à diffuser sur le net une vidéo le présentant allongé sur son lit d’hôpital. Vidéo qui a soulevé une vive polémique. « Cette vidéo le montre tel qu’il est aujourd’hui. Il n’y a ni bricolage, ni montage… il n’y a aucune volonté de manipuler l’opinion publique comme cela a pu être dit ».
 
Contrairement à ce qui a été affirmé, Vincent Lambert n’a pas subi d’IRM fonctionnelle, qui pourrait montrer son activité cérébrale et donner des indications sur son état de conscience.
 

Quel est l’état de Vincent Lambert ?

 
Vincent n’aurait-il qu’une activité purement réflexe ? Tous les patients en états végétatifs réagiraient-ils comme lui ? « Ce n’est pas loin du mensonge » déclare le Professeur Ducrocq, qui a expertisé Vincent Lambert pour le Conseil d’Etat.
 
Pour la première fois depuis bien longtemps, Vincent a émis une sorte de vocalisation et son état semble d’améliorer.
 
Il faut rappeler qu’il existe en France 1.700 patients présentant des pathologies similaires à celle de Vincent Lambert. Ils sont placés dans des centres de rééducation spécialisés (Voir notre reportage « Euthanasie, la mort dans l’âme »).
 
Cet interview a été réalisé à Nancy par Armel Joubert des Ouches
 
 
 
interview Professeur Ducrocq Vincent Lambert Cour européenne droits homme CEDH