Une Iranienne chrétienne, convertie, bientôt déportée vers l’Iran par la Suède

Iranienne chrétienne convertie déportée Iran Suède Aideen Stransson

Aideen Strandsson, Iranienne chrétienne, convertie.


 
Une actrice iranienne vivant en Suède depuis sa conversion au christianisme est sous le coup d’une expulsion vers son pays d’origine, et doit être prochainement déportée, alors même qu’elle risque la peine de mort pour apostasie. Aideen Strandsson affirme avoir vu sa demande d’asile rejetée par les autorités suédoises qui, loin de montrer la moindre compassion, lui auraient déclaré : « Ce n’est pas notre problème si vous avez décidé de devenir chrétienne. »
 
Ce fait rapporté par le site américain jihadwatch.org est proprement ahurissant. S’il est un pays d’Europe et même du monde développé qui est aux prises avec les difficultés posées par l’immigration islamique, c’est bien la Suède. Comme le rappelle le site de Robert Spencer, 80 % des forces de police seraient prêtes à démissionner à cause de la dangerosité excessive de leur métier, tandis que les zones de non-droit prolifèrent sous l’avancée de « réfugiés » hostiles. Pour autant, ce ne sont pas les vrais fauteurs de troubles parmi les migrants que l’on menace de retour au pays, mais cette femme qui a déjà par sa conversion adopté la culture de son pays d’accueil.
 
Et tout semble indiquer d’ailleurs qu’elle est une vraie réfugiée, risquant sa peau en cas de retour en Iran.
 

La Suède refuse l’asile à une Iranienne chrétienne, convertie

 
Aideen Stransson fait partie de ces nombreux musulmans qui ont découvert le christianisme à la suite d’une vision, d’un songe, bref d’un appel personnel du Christ. C’est en 2014 qu’elle est arrivée en Suède, de manière parfaitement régulière puisqu’elle possédait un visa de travail. Par la suite elle a déposé deux demandes d’asile dans les pays, sans succès. S’exprimant sur le Christian Broadcasting Network, elle a déclaré : « C’est vraiment très dangereux pour moi et je ne sais pas pourquoi les services de l’immigration ne veulent pas le croire. Je suis vraiment en danger. »
 
Sur place, une responsable du Bureau suédois des migrations, Ulrika Langels, a déclaré à l’émetteur chrétien : « Son cas a fait l’objet d’un appel qui a été évalué par l’agence des migrations, et ensuite par les cours suédoises, qui ont également décidé qu’il n’était pas possible de lui accorder l’asile. »
 
Selon l’avocat suédois Gabriel Donner, « le Bureau des migrations nous apprend que dans les prisons iraniennes le viol et la torture sont fréquents, au mépris de la loi internationale qui interdit de soumettre quiconque à de tels traitements. Certains sont tués tout de suite, certains parviennent à choisir la clandestinité, certains arrivent à s’échapper pour aller ailleurs, mais de toute façon on les expose à des dangers ».
 

Bientôt déportée vers l’Iran, Aideen Stransson affirme que sa foi n’a pas été prise en compte : « C’est une affaire personnelle. »

 
L’actrice s’est vu confisquer son passeport iranien en Suède. Elle continue de proclamer hautement sa foi qui l’expose, en Iran, à une persécution jugée particulièrement meurtrière puisque le pays occupe le huitième rang des 50 pays les plus violents à l’égard des chrétiens, avec une particulière férocité à l’égard des convertis depuis l’islam.
 
En règle générale, la Suède se montre très généreuse en matière de droit d’asile, ouvrant par exemple ses portes à une activiste pro-avortement d’El Salvador, Maria Teresa Rivera, en avril dernier. Elle accueille également à bras ouverts les anciens combattants de l’Etat islamique qui décident de revenir « au pays ». À croire qu’il y a une véritable prime à l’islam.
 

Jeanne Smits