Un ministre britannique pour la peine de mort… en Syrie

ministre britannique pour peine mort Syrie

Rory Stewart


 
Rory Stewart, Ministre d’Etat au développement international dans le gouvernement de Theresa May, estime que la « seule manière » de régler la question des combattants britanniques de l’Etat islamique est, « dans presque tous les cas », de les tuer.
 
Il faut les tuer sur place en Syrie plutôt que de leur permettre de rentrer au Royaume-Uni, vient-il de déclarer, jugeant qu’ils sont responsables « d’actes horrifiques » pour lesquels il n’y a pas d’autre réponse possible qui permette d’éviter le danger que représentent ces jeunes.
 
Un procureur de haut rang, Max Quill QC venait d’indiquer que les jeunes qui avaient subi un « lavage de cerveau » avant de partir pour la Syrie devaient pouvoir rentrer désormais et réintégrer la société britannique, ajoutant que le Royaume-Uni ne devait pas « perdre » une génération de jeunes gens partis « naïvement » rejoindre l’Etat islamique.
 
Stewart a déclaré que ces jeunes désireux de participer à la création du Califat croient en une « doctrine extrêmement haineuse qui implique qu’ils sont prêts à se tuer eux-mêmes, à tuer autrui et à essayer d’utiliser la violence et la brutalité pour créer un Etat du 8e voire du 7e siècle ».
 
Sur les quelque 850 Britanniques qui ont rejoint le Califat, on estime que la moitié environ est déjà revenue au Royaume-Uni. Les propos du ministre visaient ceux qui se trouvent toujours en Syrie, et qui constituent selon lui un « grave danger » pour la société britannique. Leur problème peut « malheureusement être réglé seulement, dans presque tous les cas, en les tuant », a-t-il insisté.