fbpx

Les perversions sexuelles de Martin Luther King évoquées dans les documents Kennedy déclassifiés

perversions sexuelles Martin Luther King documents Kennedy déclassifiés
 
On apprend une foule de choses en consultant les six cents nouveaux documents des archives nationales américaines – sur 2.800 – qui viennent d’être déclassifiées vendredi sur autorisation du président Trump. Sur la sexualité tordue du pasteur baptiste et icône de la cause des Afro-Américains Martin Luther King. Ou sur les motivations communistes de Harvey Lee Oswald, assassin en 1963 du président John Fitzgerald Kennedy qui envisageait d’envahir Cuba. De quoi amender quelques certitudes égalitaristes et tiers-mondistes.
 

Les orgies du pasteur Martin Luther King évoquées par les documents Kennedy déclassifiés

 
Commençons par Martin Luther King. Pasteur, militant non-violent pour les droits civiques des Noirs et contre la ségrégation, prix Nobel de la Paix 1964, il fut activement soutenu par John F. Kennedy, dont nous parlerons plus loin. Un document du FBI intitulé « Martin Luther King, Jr – A Current Analyse », daté du 12 mars 1968, compile les données sur sa personnalité, ses associés, les affaires le concernant… orgies et prostituées comprises.
 
Le document évoque des faits déjà discrètement abordées par le film « Selma » en 2014, ainsi que le contenu d’une odieuse lettre du FBI lui conseillant de se suicider. Il aborde à plusieurs reprises des soupçons sur certains comportements sexuels de King, les qualifiant « d’anormaux » et « de contre-nature ». L’un d’eux concerne un séminaire que l’icône des Noirs avait organisé à Miami en février 1968, financé par la Fondation Ford, destiné à former des ministres de son Eglise. « Un pasteur noir qui y avait participé avait dit son dégoût de ce qui s’était passé en coulisses : beuveries, fornication, homosexualité », rapporte le document, qui poursuit : « Plusieurs prostituées noires et blanches avaient étaient amenées de la région de Miami. Toute une nuit d’orgie sexuelle avait eu lieu, réunissant les prostituées et certains délégués (…) Les deux prostituées noires avaient été payées 50.000 dollars pour un spectacle sexuel. On observa de nombreux actes sexuels déviants ».
 

Les perversions de King, défenseur de la morale le jour, initiateur aux déviances sexuelles le nuit

 
Le document ajoute que de tels événements étaient bien connus des proches de King : « Dès janvier 1964, King avait organisé deux jours d’orgies sexuelles alcoolisées à Washington D.C. Plusieurs participants avaient pratiqué des actes sexuels, naturels ou contre-nature, pour divertir les spectateurs. Quand l’une des femmes tenta de se dérober à un acte contre-nature, King… évoqua les moyens de la former et de l’initier à ce type d’activité. » Pour l’icône de la non-violence et de l’égalité, on pouvait trouver mieux. « King a poursuivi secrètement ces activités sexuelles aberrantes tout en se présentant aux yeux de l’opinion comme un défenseur de la morale liée à ses convictions religieuses », poursuit le document.
 
Selon le rapport, King avait par ailleurs de fréquentes relations avec une femme « mariée à un dentiste Noir connu de Los Angeles, et cela depuis 1962 », avec la naissance d’une fille à la clé, selon les dires d’une personnalité réputée. L’époux légal aurait été stérile et King aurait aidé à l’éducation de l’enfant. King aurait aussi entretenu des rapports avec trois autres femmes, parmi lesquelles la chanteuse Joan Baez.
 

Matthieu Lenoir