Plus de 160 policiers sous le coup d’enquêtes dans l’affaire d’abus sexuels sur mineurs à Rotherham, au Royaume-Uni

policiers enquêtes abus sexuels mineurs Rotherham Royaume-Uni Dolhein
 
Douze mois après la remise du rapport Jay sur l’exploitation sexuelle de mineurs à grande échelle à Rotherham, dans le Royaume-Uni, plus de 160 officiers de police sont sous le coup d’enquêtes en vue de déterminer s’ils doivent subir des sanctions, voire être poursuivis sur le plan pénal pour leur refus d’écouter les victimes. Les abus – depuis les viols et le trafic d’enfants jusqu’à la prostitution – ont été commis à grande échelle entre 1997 et 2013, la plupart du temps par des bandes d’hommes asiatiques.
 
Plus de 1.400 mineurs ont été victimes de ces prédateurs. L’affaire a pu se poursuivre pendant des années du fait de l’apathie de la police et de la collectivité locale qui refusaient de prendre au sérieux les plaintes des jeunes adolescents, rejetés le plus souvent comme des gêneurs ou des affabulateurs.
 

160 enquêtes contre des policers dans l’affaire des abus sexuels à Rotherham

 
A cela s’ajoutait la crainte, de la part des pouvoirs publics, de passer pour des « racistes » en ajoutant foi à des récits d’abus commis par un groupe ethnique bien particulier d’Asiatiques qui s’est fait une spécialité de ces crimes visant à l’échelle industrielle des adolescents et surtout des adolescentes qui pour certaines avaient à peine onze ans.
 
60 policiers ont déjà été identifiés au cours de l’enquête déclenchée par le rapport Jay, parmi lesquels 27 ont déjà reçu une quarantaine d’« avis d’inconduite » visant des faits précis. Une centaine de policiers supplémentaires font l’objet de recherches plus précises dans la mesure où ils sont visés mais non désignés nommément dans les témoignages.
 

L’exploitation sexuelle de plus de 1.400 mineurs passée inaperçue au Royaume-Uni pour cause de préjugés antiracistes

 
C’est la Commission indépendante des plaintes envers la police qui se charge de ces investigations. Elle n’aurait pas été saisie sans une série d’articles publiés par le Times, qui ont permis de déclencher la commande d’un rapport qui a abouti à des constats terrifiants. Le Pr Jay, son auteur, a découvert des exemples « absolument abominables » d’« enfants aspergés de pétrole qu’on menaçait d’allumer, ou menacés au moyen d’armes à feu, ou encore forcés à assister à des viols ultra-violents pendant qu’on leur expliquait qu’il leur arriverait la même chose s’ils parlaient ».
 
Le commissaire de police du South Yorkshire a été contraint à démissionner au vu de l’ampleur du scandale et le conseil de Rotherham a été placé sous tutelle du gouvernement.
 

Anne Dolhein